☰ Menu eFinancialCareers

Est-il encore utile de rédiger un CV en français dans la finance en 2016 ?

The French flag button on the keyboard. close-up

Dans un monde où l’anglais s’impose comme LA langue de référence des métiers financiers, la logique voudrait que l’on ait plus besoin d’envoyer de CV en français. Sur le terrain, le constat des recruteurs et des RH est bien plus nuancé.

Premier constat : l’envoi de CV en finance rédigés dans la langue de Shakespeare est une pratique peu répandue ! « Les CV en anglais représentent à peine 1% des candidatures que nous recevons », déplore Alain Mlanao, Managing Director chez Walters People, expert du travail temporaire en finance et auprès des institutions financières. Si bien qu’aujourd’hui  les consultants en recrutement n’hésitent plus à demander un CV en anglais, en plus du CV français. Certains vont même jusqu’à n’exiger qu’un CV en anglais, comme en témoigne cette petite annonce pour un job de juriste en droit des affaires basé en France : “Merci d’adresser votre CV en anglais. Les CV en français ne seront pas examinés“. Une pratique toutefois « à la limite de la légalité », nous fait remarquer un recruteur.

« Un candidat aura tout intérêt à envoyer un CV en français ET en anglais sans même qu’on le lui demande. Ce sera un critère de différenciation d’autant plus important que les recruteurs ne lisent que rarement les lettres de motivation », poursuit Alain Mlanao. « Il est toujours utile de préparer un CV dans toutes les langues maîtrisées (ou annoncées tel quel…) au niveau professionnel par le candidat », explique pour sa part Didier Muller, consultant chez RH Process qui recrute également des profils financiers. D’après lui, l’approche semblera toujours plus pertinente si le candidat postule avec deux CV, français et anglais. « En tous cas, on ne pourra pas lui faire grief d’avoir adopté cette pratique si la société en question est française ou se trouve située en France », juge le consultant.

Des CV en anglais pour tous les métiers ?

Envoyer un CV en anglais est-il plus recommandé pour certains métiers que d’autres ? « A partir du moment où vous postulez pour un groupe financier international, tous les métiers sont concernés : pas seulement ceux du front mais aussi ceux du back et middle office », relève Alain Mlanao. « Dans le cas d’un établissement franco-français, le candidat aura tout intérêt à être proactif et démontrer qu’il maîtrise l’anglais, car rien ne dit que son poste n’est pas évolutif et qu’il ne sera pas amené à terme à travailler en anglais ». Enfin, si vous postulez pour une banque étrangère basée en France, il est à noter que les collaborateurs sur place travaillent en français et en anglais. Là aussi envoyer un CV dans les deux langues prend tout son sens… même si ce n’est pas indispensable : « les décisions de recrutement dans beaucoup de succursales et filiales doivent de toute façon être avalisées par la société mère », rappelle le responsable de la practice banque d’un cabinet de recrutement parisien.

Dans tous les cas, si vous postulez dans un autre pays, ce sera à vous de vous adapter aux us et coutumes en vigueur. « A Monaco, par exemple, il convient souvent de transmettre son CV en français et en anglais, voire en italien selon la nationalité des acteurs impliqués dans le process », explique Didier Muller. De manière générale, d’après ce dernier, « ce qui importe dans un premier temps est de faciliter le temps de traitement du dossier, satisfaire tous les interlocuteurs éventuels et éviter une relance chronophage rédhibitoire face à ses “concurrents” potentiels” ».

Pas de copier coller !

Faire bonne figure en rédigeant son CV en anglais est plus simple qu’il n’y paraît. « Il faut que le candidat se mette à réfléchir en anglais. S’il ne le fait pas, il y a de grands risques pour qu’il écrive en ‘franglais’ », relève Brenda Turnnidge, consultante formatrice en communication interculturelle chez CSP Formation. Sans compter que les CV anglo-saxons, souvent plus longs, sont bien spécifiques. La rubrique career objective, plutôt rare dans les CV français, a beaucoup d’importance dans le CV anglais. Idem pour la rubrique references, placée à la fin du CV, qui doit mentionner votre ancien supérieur hiérarchique (ou bien votre ancien directeur de stage et un de vos professeurs si vous êtes jeune diplômé).

« La mise en forme doit respecter les us et coutumes de la langue employée : sobre et détaillée en anglais, encadrée en Europe avec le modèle Europass », précise Didier Muller. Et si les instructions pour remplir un CV européen semblent assez claires, il en va différemment du CV à l’américaine. « Il est toujours bon de s’appuyer sur son réseau et se faire relire par un natif du pays d’origine – évoluant de préférence dans un métier ou un domaine d’activité proche – afin de ne pas passer à côté de termes financiers techniques et de mieux apprécier l’impact de sa présentation », poursuit-il. En matière de recrutement, n’oublions jamais que la forme est au moins aussi essentielle que le fond !

Ce qui ne signifie pas qu’il faille négliger le fond ! Surtout que les recruteurs se montreront intransigeants face avec un CV rédigé en anglais qui regorge de fautes d’orthographe ou de grammaire. « Même si le niveau d’anglais oral des Français est en relative progression, le niveau écrit reste très médiocre. Or, désormais, toute entreprise doit pouvoir rédiger un dossier convaincant en anglais pour remporter un marché international. Pour l’employeur, c’est le CV qui sert à démontrer la capacité à s’exprimer par écrit », explique Thibault Le Marié, chargé de développement chez Langue & Nature qui propose des formations intensives en anglais notamment à destination de cadres bancaires désireux d’améliorer leur niveau oral… et écrit.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici