☰ Menu eFinancialCareers

Luxembourg, la peur s’installe ?

Force est de constater que la situation évolue rapidement au Luxembourg. Les premiers signes de la crise sont bel et bien là. De quoi exacerber les craintes. Celles-ci sont-elles pour autant justifiées?

Dexia et Fortis rattrapés par les gouvernements français, belge et luxembourgeois, n’ont pas suffi à stopper la baisse de leur cours de bourse, en particulier pour Dexia. Les rumeurs de toutes sortes font d’ailleurs planer le doute sur l’avenir de cette banque. Il y a beaucoup d’informations erronées qui circulent. Les liquidités de notre banque ne sont pas aussi mauvaises que l’on veut bien l’entendre, défend sous couvert d’anonymat un employé de la banque.

Du côté de Fortis, racheté depuis par BNP Paribas, Marc Glesener, président du syndicat Aleba, se veut également confiant: BNP et Fortis sont plus complémentaires que concurrentes, leurs services se rejoignent. Il n’est donc pas indiqué de semer la peur parmi les employés. Et ce même s’il avoue être lui-même inquiet…

Face à la dégradation rapide des marchés, il est difficile de rester serein. Les banques islandaises ont montré que la situation pouvait très vite tourner au vinaigre. Après Landsbanki puis Glitnir, c’était au tour de Kaupthing Bank de demander un sursis de paiement. Cette dernière vient de suspendre toutes ses activités au Luxembourg. Plus de 370 emplois (les trois banques confondues) se retrouvent ainsi sur la sellette.

Quel avenir pour la place financière luxembourgeoise? Le sort des banques islandaises annonce-t-il le début d’une longue série?

commentaires (3)

Comments
  1. Je travaille (travaillais !?) pour Landsbanki. Il semble bien que nous soyons bel et bien licencié ! Quel gâchis, il faisait pourtant bon y travailler dans cette banque. J’espère pour les autres que l’on sera les seuls dans ce cas au Luxembourg. Mais je crains que non…

  2. Fini la belle période au Luxembourg ? Pour un moment en tout cas. Toutefois, je ne pense pas qu’il va y avoir de nombreux licenciement. Quelques uns par ci par là. Et même si les petites filiales islandaises mettent la clef sous la porte, en tout cas au Luxembourg, cela m’étonnerait que les gros groupes viennent à licencier massivement. Même Dexia et Fortis… Peut-être que quelques postes vont sauter, notamment au niveau de la direction mais sinon… Par contre, je crains plus un gel des licenciements et par ricocher un tassement des salaires à l’embauche. Les mouches sont en train de changer d’âne…

  3. Avec la fusion BNP/FORTIS de nombreux doublons existent
    Quid de ces doublons ?
    Licenciements purs et durs
    affaire a suivre

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici