☰ Menu eFinancialCareers

Le secteur de l’assurance est-il prémuni contre la crise ?

La tempête financière semble ne pas affecter les banques et autres établissements financiers luxembourgeois. L’assurance, qui représente 10 % des effectifs du secteur, est-elle passée, elle aussi, entre les mailles du filet ?

Marc Lauer, président de l’ACA (Association des compagnies d’assurances), n’entrevoit pas de nuages dans le ciel luxembourgeois, bien au contraire : Les grandes mutations du secteur induites par la nouvelle directive Solvency II, une dérégulation du secteur et une diversification des produits sont des évolutions qui devraient bénéficier en partie au Luxembourg. Pour le porte-parole national du secteur de l’assurance, l’évolution devrait donc suivre une courbe ascendante profitable à l’emploi.

Mais de là à connaître un dynamisme semblable au secteur bancaire…

Les professionnels du recrutement sont confiants et tablent sur une demande accrue dans les métiers purs de l’assurance (actuaire, gestionnaire de contrats, de sinistres, inspecteur ou encore juriste), mais aussi sur les fonctions de support (auditeur interne, compliance officer, informaticien, etc.).

Concernant le métier d’actuaire par exemple, et même si le nombre d’emplois est encore restreint (environ 200 salariés), Jean Habay, directeur à La Luxembourgeoise-Vie, estime que les effectifs devraient augmenter de 30 à 50 % durant ces prochaines années. Si toutefois nous trouvons les personnes qualifiées ! . À l’instar du monde bancaire, l’emploi dans l’assurance devrait donc pâtir, non pas d’un manque d’opportunités, mais d’un vivier trop limité de talents. Les candidats qualifiés peuvent donc se réjouir, la balle est et restera dans leur camp.

Toutefois, si la demande de professionnels en assurance va continuer de progresser, elle ne devrait pas exploser. La part de ces emplois dans le secteur financier luxembourgeois restera stable. Si l’on estime le besoin de professionnels dans le secteur bancaire de 2 000 à 3 000, il devrait tourner autour de 200 à 300 pour l’assurance, soit 10 % de l’effectif total…

commentaires (2)

Comments
  1. J’ai commencé ma carrière de juriste dans une compagnie d’assurance, et ce par divers concours de circonstances. J’ai été surpris de constater que ce métier est bien plus intéressant que l’on peut penser a priori. En effet, ma fonction est très diversifiée et ne se limite nullement à la prise en charge de dossiers de sinistres. Un message à faire passer aux jeunes : considérez sérieusement la possibilité de faire carrière dans l’Assurance. En plus, c’est le plein emploi !

  2. Ce qu’ils oublient d’écrire dans cet article c’est qu’outre une bonne formation il faut aussi avoir de bonnes connaissances linguistiques (français, allemand voire luxembourgeois et anglais). Et pour moi, en tant que pur francophone, ce n’est pas évident de décrocher un job …

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici