☰ Menu eFinancialCareers

Fonds UCITS et Luxembourg : une relation symbiotique toujours d’actualité

Le label UCITS devrait continuer de porter l’industrie luxembourgeoise des fonds d’investissement. Pour accélérer le retour des institutionnels, les gérants proposent, par exemple, de plus en plus des fonds alternatifs qui répondent au format UCITS. La réglementation UCITS induit en effet des contraintes et un meilleur contrôle des risques, ce à quoi les investisseurs sont devenus très sensibles.

Selon le Financial Times, une nouvelle vague d’investisseurs serait à capter sur le marché américain. Les hedge funds américains manifesteraient en effet un intérêt soudain pour les fonds au format UCITS III (NewCits), compatibles avec les stratégies des fonds alternatifs. Après avoir profité de la croissance du marché asiatique, qui représente 35% de la clientèle des fonds au Luxembourg, et d’Amérique latine, les Etats-Unis constitueraient donc un nouvel appel d’air pour l’industrie.

Les fondations et les fonds de pension aux Etats-Unis se montrent particulièrement intéressés par le régime UCITS. Un gestionnaire s’est ainsi vu récemment quasiment forcé la main par des investisseurs américains pour adopter ce cadre réglementaire , témoigne George Cadbury, directeur de Merchant Capital au Financial Times.

On estime entre 300 et 500 le nombre de fonds UCITS alternatifs aujourd’hui pour un volume d’encours sous gestion compris entre 30 et 50 milliards , selon Fabrice Cuchet, responsable de la gestion alternative chez Dexia Asset Management. Grâce au succès grandissant des NewUcits, certains prédisent que l’on dépassera la barre des 1 000 fonds dans cette catégorie d’ici la fin de l’année (zonebourse.com).

L’industrie luxembourgeoise des fonds doit toutefois batailler dur pour garder sa position de leader et maintenir ses jobs, dont une partie à été délocalisée ces dernières années vers les pays d’Europe de l’Est et l’Asie. Malgré la baisse du nombre d’emplois dans le secteur, qui s’élève aujourd’hui à 10.500, l’association luxembourgeoise de l’industrie des fonds veut croire que les emplois à haute valeur ajoutée (compliance, juristes, risk management…) continueront cependant d’augmenter grâce à la mise en place de nouvelles normes telles que UCITS IV ou la directive AIFM (Alternative Investment Fund Managers).

Il y a énormément de travail en ce moment, notamment en raison de l’implémentation des UCITS , témoignait récemment
Marty Dobbins, managing director de State Street Bank Luxembourg (paperjam).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici