☰ Menu eFinancialCareers

L’art financing, un vecteur d’emplois ? Pas si sûr !

Les équipes de conseils en art au sein des départements de gestion de fortune se développent. Le Luxembourg va-t-il suivre cette tendance?

Depuis quelques mois déjà, DZ Bank International communique sur son activité d’art financing. Un cas isolé? Au Grand-Duché, la Deutsche Bank Luxembourg, Sal. Oppenheim, UBS, la banque privée Edmond de Rothschild Europe, entre autres, sont sur les rangs. Cela paraît cependant bien peu au regard du nombre d’établissements implantés au Grand-Duché.

Pour Adriano Picinati de Torcello, consultant chez Deloitte, la raison est à rechercher du côté du régime de droit du gage luxembourgeois, bien moins compétitif que le droit britannique ou français. Cela fait sept, huit ans que nous proposons ce service à notre clientèle, relève toutefois Alain Mestat, directeur marketing et communication de la banque privée Edmond de Rothschild Europe. L’art financing a donc bien plus de vécu au Luxembourg que ne le laisserait supposer sa faible implantation.

Externalisation

Toujours est-il que l’activité n’est pas pourvoyeuse d’emplois. En effet, la quasi-intégralité des banques proposant ce service font appel à des prestataires extérieurs, notamment basés à Londres. Nous n’avons pas de service local spécialisé en art financing, confirme Alain Mestat. Nous travaillons avec une série de prestataires externes et bénéficions des compétences des meilleurs experts internationaux.

Et la tendance ne semble pas aller dans le sens de l’internalisation des compétences. Pour Paul Wilwertz, responsable des relations publiques à la Banque de Luxembourg, la raison en est simple: la demande n’est pas assez forte pour développer cette activité au Luxembourg. Si la Banque de Luxembourg ne propose pas de service d’art financing à proprement parler, elle offre toutefois, depuis l’automne dernier, un service de conseil fiscal de l’art.

Alors, l’art financing créateur d’emplois au Luxembourg? À court ou moyen terme, les chances de voir se développer ce type de carrière en wealth management sont limitées au Luxembourg. Toutefois, le développement potentiel du marché n’est pas à négliger pour le futur. Rappelons que la part de l’investissement en art représente 20% des investissements dits de passion des High Net Worth Individuals et 25% pour les UltraHNWIs, selon le World Wealth report 2007 de CapGemini / Merrill Lynch.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici