☰ Menu eFinancialCareers

Le soleil brille pour cette petite banque d’investissement (qui recrute)

Si vous lisez la presse, vous êtes enclin à penser que toutes les banques d’investissement subissent un sérieux régime d’amaigrissement. Et, la vérité, c’est que beaucoup des grandes banques y sont en effet contraintes. Sous la pression réglementaire, les réorganisations et les réallocations d’effectifs prennent place en faveur d’activités moins risquées. Pendant ce temps, les banques d’investissement plus entrepreneuriales profitent de l’aubaine et se payent de nouveaux banquiers pour développer leurs équipes, et leur business. Parmi elles, figure Houlihan Lokey.

« Nous cherchons à développer l’organisation de manière agressive, mais réfléchie, nous a confié Scott Adelson, co-président de Houlihan Lokey, en charge des activités corporate, et basé aux Etats-Unis. Comme d’autres structures de conseil indépendantes, nous avons bénéficié des changements survenus chez les « bulge brackets ».  Certaines sources font état d’un recul de leurs recrutements de 50%, alors que les boutiques ont, elles, augmenté leurs embauches d’autant. Notre dynamique de recrutement illustre parfaitement cette statistique, et en ce qui nous concerne, cette tendance va se poursuivre ».

41 ans d’existence, 1.000 employés, et une présence en Europe

La firme compte aujourd’hui 1.000 employés principalement aux Etats-Unis, mais aussi à Londres, Paris, Berlin et Hong Kong. Aucun objectif spécifique d’embauches n’a été fixé. « Nous considérons que si nous arrivons à séduire de grands banquiers, alors nous les embaucherons », explique Scott Adelson, pragmatique.

Houlihan Lokey est bien connue pour ses activités de restructuration – l’une des principales sources de revenus pour cette société qui vient de souffler son 41ème anniversaire. Mais ce n’est pas la seule, la société a également renforcé ses services dans les activités de corporate finance (conseil M&A principalement sur le segment des midcaps, financement sur les marchés de capitaux) et dans les activités de conseil financier aux entreprises.

A LIRE AUSSI :

Les 12 jobs incontournables en finance d’ici à fin 2013

A eux quatre, ils prévoient de recruter près de 3.000 CDI en France

Houlihan Lokey occupe le premier rang des classements pour les opérations de fusions et acquisitions inférieures en volume à un milliard de dollars depuis 7 ans aux Etats-Unis. Son équipe de restructuration, a quant à elle, été mandatée sur de gros dossiers ces derniers années, comme Lehman Brothers, General Motors et Enron, entre autres.

À l’avenir, Houlihan Lokey prévoit de renforcer aussi bien ses équipes sectorielles et que ses équipes axés “produits”. Des nominations seront annoncées prochainement, prévient Scott Adelson. La société a par exemple lancé ce mois-ci une nouvelle unité – “Forensic services” – au sein de sa practice Conseil Financier. Cette unité est chargée de mener des enquêtes et conseiller les entreprises en matière de prévention de la corruption, en matière comptable en cas de faillite, d’insolvabilité, d’enquêtes judiciaires… Bert Lacativo dirigera cette nouvelle unité, pour laquelle il devrait recruter.  Il dirigeait précédemment des équipes sur cette même problématique chez Mesirow Financial Consulting puis chez PwC.

Une culture d’entreprise comme faire-valoir

Voilà plusieurs années qu’Houlihan Lokey fait partie des « entreprises où il fait bon travailler ». La dernière enquête du site américain Vault.com a classé la société en tête dans 18 de ses 24 catégories, y compris celle jugeant la satisfaction des employés, la culture d’entreprise, les avantages sociaux et les heures de travail.

«Chez Houlihan Lokey, le temps de travail est jugé précieux pour tout le personnel, et pas seulement pour les cadres dirigeants, relève Cynthia Bush, directrice du recrutement. Nous travaillons à construire cela dans la culture de l’entreprise, à tous les niveaux ».

Houlihan Lokey ne fait pas aussi bien dans la catégorie « prestige » (en tête de laquelle on retrouve Goldman Sachs et autres JP Morgan) ou en matière de reconnaissance par des acteurs extérieurs à Wall Street. En Europe, la société ne parvient pas à se hisser dans le top 25. Son ambition pourrait cependant faire bouger ces lignes…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici