☰ Menu eFinancialCareers

Résultats Q1 : les banques belges s’en tirent plutôt bien

Les résultats trimestriels des plus importantes banques belges ne devraient pas sonner le glas des embauches. Tout n’est pas rose pour autant. 2007 a été l’année de l’éclatement de la crise des subprimes, 2008 marque la fin du plein emploi dans le secteur bancaire. Un peu partout dans le monde, les banques payent les conséquences de leur audace avec des bénéfices en berne, mais surtout des salariés sur la sellette. UBS se prépare à se séparer de 5 500 personnes d’ici à la mi-2009. À La City, le chiffre de 10 000 licenciements est considéré comme une évaluation optimiste.

En Belgique, les quatre principales banques (ING, KBC, Fortis et Dexia) ont toutes annoncé des résultats en recul mais rien qui ne laisse présager d’un scénario catastrophe côté emploi. Les observateurs constatent toutefois que les banques se montrent plus frileuses au moment de recruter des seniors et plus généralement sur les fonctions à salaires élevés.

Les candidats, prudents, réclament des embauches sans période d’essai

Chez ING, on ne s’attend pas à ce que les résultats du premier trimestre aient un impact sur les plans de recrutement. En revanche, phénomène nouveau, de nombreux jeunes choisissent de quitter le navire, surtout des profils commerciaux inquiets du manque de perspective à long terme. Ils nous quittent pour des banques plus petites ou bien changent carrément de secteur , explique une source interne.

Au Luxembourg, certains établissements financiers, filiales de pays hors de l’UE, se sont mis en mode freezing, l’embauche est au point mort. Les filiales de banques belges au Grand-Duché se portent plutôt moins mal que les autres et continuent de recruter, notamment dans la banque privée. Nous espérons que le ralentissement actuel ne durera pas plus de six mois , commente Jean-Philippe Graff, consultant chez Huxley Associates.

Les employeurs ne sont pas les seuls à redoubler de prudence. De plus en plus souvent, les candidats que les cabinets vont chercher demandent à pouvoir bénéficier de contrats de travail sans période d’essai.

commentaires (2)

Comments
  1. Sans avoir été dans ce cas de figure moi-même, j’ai eu pas mal de collègues débauchés qui sont partis voir si l’herbe est réellement plus verte ailleurs. Certains ont été satisfaits de leur choix, d’autre moins. Donc, je comprends parfaitement les candidats qui refusent la période d’essai si un cabinet vient les chercher. C’est eux qui prennent le risque de quitter une fonction. Si le nouvel employeur et le cabinet de recrutement et de sélection sont d’accord pour dire qu’une personne X est la meilleure pour occuper une fonction Y chez un employeur Z, la notion même de période d’essai devient complètement obsolète.

  2. La crise des subprimes va être digérée par les marchés dans les mois qui viennent. Les RH des banques ne vont pas fondamentalement modifier leur stratégique en fonction des résultats d’un seul trimestre. Je suis plus inquiet pour l’évolution de la consommation des ménages et les répercussions sur l’économie. la Belgique traverse une crise institutionnelle qui contribue au climat anxiogène actuel. Les médias sont plein d’articles déprimants sur la hausse des prix des matières premières et la hausse des prix de l’énergie. Face à ce bombardement constant, il faut être vraiment courageux pour garder le moral. Il ne faudrait pas que l’emploi en finance commence à montrer des signes de faiblesse…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici