☰ Menu eFinancialCareers

Les nouveaux axes de recrutements de BNP Paribas

La présentation des résultats pour le deuxième trimestre, en recul sur un an, a été l’occasion pour BNP Paribas de dévoiler de nouveaux volets de son nouveau plan de développement 2014-2016.

Après avoir annoncé au premier trimestre l’embauche de 1.300 professionnels en Asie d’ici à 2016, le premier groupe bancaire français se penche maintenant sur son essor en Europe. Et c’est en Allemagne que la banque souhaite concentrer ses efforts en portant ses effectifs de 3.500 personnes à 4.000 personnes en 3 ans pour y dégager 1,5 milliard de revenus en 2016 (+8%). Parmi les métiers prioritaires, figurent la banque de détail avec le développement d’Hello Bank! lancée au deuxième trimestre, le real estate, les métiers titres mais aussi le conseil aux grandes  entreprises.

 

LIRE AUSSI :

(Pseudo) psychodrame chez BNP Paribas à Londres

Recrutements aux US, une fac à Singapour : le destin de BNP Paribas est à l’étranger

C’est également dans la gestion d’actifs – « métier cœur à forte rentabilité » doté de 3.200 employés dans 40 pays – que le groupe se fixe de nouveaux défis : faire progresser au global ses revenus de 10% au cours des trois prochaines années et collecter 40 milliards d’euros.

Trois axes de développement ont été définis (sans précision chiffrée du côté des embauches) :

1 – la clientèle institutionnelle, où des recrutements sont attendus sur des expertises comme les crédits et les CLOs. Les profils capables de proposer des solutions adaptées aux assureurs et fonds de pension seront également appréciés.

2 – L’Asie Pacifique et les marchés émergents, principales cibles pour relancer la collecte d’ici 2016, en baisse de 2,2% ces 6 derniers mois.

3 – Distributeurs (clientèle de particuliers et de banque privée) en créant l’une des 3 premières plates-formes de distribution en Europe continentale, une moins bonne nouvelle pour les métiers back-office alors que « l’industrialisation des processus » est en marche.

Le plan d’adaptation devra rapidement porter ses fruits car la plupart des revenus des activités du groupe sont sous pression, que ce soit dans la banque de détail ou dans la banque d’investissement. Cette division présente un résultat avant impôt en forte baisse (-39%) sur un an, le rebond de l’activité du pôle Actions et Conseil n’a pas su compenser la forte volatilité des activités fixed income en fin de trimestre, et des activités de corporate banking encore marquées par le plan d’adaptation 2012.

Les activités CIB portent, à elles seules, 32% des économies de coûts réalisées au premier semestre 2013, engrangeant ainsi au passage les fruits des  investissements réalisés dans les projets de développement (Asie, Amérique du Nord, cash management).

Au global, BNP Paribas a enregistré un bénéfice d’ 1,8 milliard d’euros au deuxième trimestre 2013, en recul de 4,7% sur un an, pour un chiffre d’affaires de 9,9 milliards d’euros (-1,8% sur un an).

ET AUSSI : 

Un demi-milliard de bonus versé chez BNP Paribas (et autres détails sur les rémunérations)

Toutes les banques devraient payer comme BNP Paribas, affirme JPMorgan

commentaires (1)

Comments
  1. à toutes fins utiles & “bonnes vacances” à tous 2

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici