☰ Menu eFinancialCareers

Voici une banque dont les effectifs ont augmenté de 40% et qui continue à recruter…

Trouver un job ? Direction Singapour

Trouver un job ? Direction Singapour

L’idée de rejoindre une banque, qui ne cesse de se développer depuis trois ans, vous séduit-elle ? Si la réponse est oui (et que vous êtes prêt à vous expatrier), alors envoyer votre CV à la Bank of Singapore. BoS est une banque privée formée en 2010 dans le foulée de l’acquisition par sa maison mère – OCBC – d’ING Asia Private Bank.

Les rangs de BoS ont gonflé de 40% depuis, tous métiers confondus, passant de 700 employés en 2010 à quasiment 1.000 collaborateurs en mars 2013. La plupart d’entre eux sont basés à Singapour. BoS grandit parallèlement à Hong Kong.

« Nous avons presque doublé le nombre de relationship managers au cours des trois dernières années, ils sont désormais quasiment 290 professionnels de diverses nationalités, et au service de clients dans le monde entier », indique Renato de Guzman, directeur général de Bank of Singapore. Et la banque continue à recruter des chargés d’affaires, selon les chasseurs de tête spécialisés dans ce secteur en Asie.

À LIRE AUSSI :

Envie d’Asie ? Il va falloir d’abord casser votre tirelire, surtout si vous êtes junior

Vingt-deux contacts utiles pour trouver un job en banque dans le monde

Depuis le début de l’année, BoS a annoncé une série de nouvelles recrues débauchées chez ses rivales, comme Frances Lee qui vient d’UBS, Michael Chan précédemment chez Coutts, ou encore Joel Lim d’HSBC.

Pour Renato de Guzman, la banque attire les talents grâce à « sa position unique de banque privée dont le siège est à Singapour » et aussi du fait de la solidité financière dont elle bénéficie en appartenant au groupe OCBC, classée deuxième banque la plus sûre au monde, selon Bloomberg.

« BoS réussit à réaliser ces embauches de chargés d’affaires car sa marque a été habilement associée à la stabilité, à la fiabilité et à l’efficacité de la place financière de Singapour », commente John Koh, directeur général du Wealth Management Resource Centre à Singapour. Et d’ajouter : « En Asie du Sud-Est, les familles très fortunées connaissent bien OCBC. Beaucoup ont été enchantées, avec la crise, de confier leurs actifs à sa filiale de banque privée ».

La société n’a pas eu à payer plus que le prix du marché pour recruter de nouveaux banquiers, selon Rahul Sen, directeur au sein du cabinet de recrutement Sheffield Haworth à Singapour. « Un grand nombre de banquiers privés seniors sont désormais plus ouverts aux noms asiatiques depuis que les établissements suisses, britanniques et américains traversent une période difficile, marquée par des pertes et des amendes ».

BoS a beau être une nouvelle marque, sa force d’attractivité est renforcée par le fait que l’équipe de banquiers privés régionaux d’ING ait été maintenue suite au rachat. A titre d’exemple, le Belge Marc Van de Walle, ex-ING, a même été promu en février responsable mondial des produits. Il travaille notamment aux côtés du Français, Olivier Denis, responsable mondiale du Marketing, issu quant à lui directement d’OCBC, dont il dirigeait avant l’acquisition les activités de banque privée.

Rejoindre BoS s’accompagne potentiellement de quelques désagréments, selon un chasseur de têtes basé à Singapour et qui a demandé à ne pas être nommément cité : « Il y a des contraintes liées au fait de travailler pour une banque locale – par exemple la bureaucratie et une présence limitée en dehors de l’Asie ».

ET ENCORE :

L’Asie, terrain de jeu du nouveau Mastère spécialisé de l’INSEAD (débutants s’abstenir !)

Recrutements aux US, une fac à Singapour : le destin de BNP Paribas est à l’étranger

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici