☰ Menu eFinancialCareers

Voici comment justifier les trous dans votre CV…

Si vous voulez travailler dans la finance et que votre CV comporte de longues périodes d’inactivité et ne constitue pas une parfaite trajectoire de carrière telle que celle décrite dans cet article, alors vous avez de bonnes raisons de vous inquiéter.

De longs trous dans un CV ne font jamais bonne impression. Cela est encore plus vrai en banque d’investissement. Des établissements comme Barclays Capital vont jusqu’à vous faire passer de redoutables entretiens qui durent de nombreuses heures. Baptisés CIDS (Chronological Indepth Structured Interview), ils sont destinés à lever le voile sur votre mode de vie précédent. Car si dans le passé, vous avez consacré le plus clair de votre temps à jardiner, vous affaler devant la télé ou dormir sur la plage, grande sera alors la crainte de vous voir de nouveau céder à la tentation.

Ceci dit, du fait de la nature cyclique de l’industrie financière et de la nature cataclysmique de la crise financière, la plupart des gens travaillant dans le secteur bancaire présentent des trous dans leur CV. Si tous ceux dont c’est le cas faisaient un trait sur leur recherche d’emploi dans la finance, le choix des candidats se réduirait entre un analyste actions profondément servile et la nièce d’un client important.

Les trous dans le CV sont inévitables et acceptables. C’est ce que vous faites pendant ces laps de temps qui compte. Voici ce que suggèrent des professionnels du recrutement en finance pour neutraliser l’effet négatif d’un trou dans votre CV. Inutile de préciser que mieux vaut avoir vraiment fait ces choses, plutôt que de faire semblant de les avoir fait.

1) Développement personnel

Un trou dans le CV n’est pas acceptable si le temps passé en dehors du travail n’est pas fructueux. Toutefois, la situation change considérablement si vous consacrez votre temps libre à faire quelque chose qui révèle des qualités comme l’endurance, la compétitivité, la détermination, le courage ou la force.

Graham Ward, un coach de dirigeants, ancien coresponsable du service actions européennes chez Goldman Sachs, et directeur de programme à l’Insead Global Leadership Centre, indique qu’il a coaché un CEO qui a pris une année sabbatique pour escalader l’Everest. Les congés sabbatiques sont aujourd’hui tolérés si vous pouvez vous quantifier ce que vous avez fait, explique-t-il. Ils sont même bien vus s’ils comportent une part de succès ou un aspect de développement personnel .

Ce n’est en tout cas pas le choix qui manque, entre l’ascension du Kilimandjaro, un trekking au pôle Nord ou, pour les budgets plus faibles, faire le tour de Corse à vélo ou nager dans la Seine.

2) Poursuite d’études

Cela vous sera utile de démontrer que vous avez utilisé votre temps libre de manière constructive pour apprendre quelque chose, qui plus est quelque chose qui vous servira dans votre prochain emploi.

Passer le CFA est un excellent rapport qualité prix : il est bon marché, montre votre esprit d’initiative, et ne vous empêche pas d’accepter un nouvel emploi si une opportunité se présente. Si vous avez épargné 50 k€ et êtes âgé de moins de 32 ans, vous pouvez aussi envisager de passer un MBA dans une grande école, tout en étant conscient que ce choix vous tiendra probablement à l’écart du marché pendant deux ans.

3) uvres caritatives

C’est encore mieux si elles sont combinées avec le point 1)
Rien ne vous empêche par exemple de gravir le Kilimandjaro pour une association humanitaire. Kate Grussing, managing director chez Sapphire Partners, spécialisée dans le management de transition, indique qu’elle voit beaucoup de candidats qui ont fait des choses vraiment consistantes de leur temps libre en utilisant leurs compétences, citant par exemple la collecte de fonds pour des organismes de charité.

4) Consulting

Étant donné que la plupart des périodes d’inactivité sont subies, vous aurez probablement besoin d’un revenu. S’il est difficile de trouver un travail à temps plein, le consulting en freelance peut être une option et reste considéré comme une utilisation valable de votre temps libre.

Michael Moran propose de justifier un trou dans le CV de la manière suivante?: vous pouvez expliquer que cela vous a permis de monter votre propre structure de consulting et proposer vos services à la clientèle. Cependant, après avoir fait cela pendant 18 mois, vous avez trouvé que vous étiez davantage fait pour un emploi à temps plein .
De même, Kate Grussing cite des exemples de personnes qui, lorsqu’elles étaient sans emploi, en ont aidé d’autres à monter leur entreprise. Plus la période d’inactivité est longue, plus il est important de faire quelque chose? , insiste-t-elle.

…et voici comment ne pas justifier les trous dans votre CV

Si les quatre points ci-dessus vous aideront à dissimuler les trous dans votre CV, les trois points ci-dessous sont à souligner d’un marqueur fluo. Il ne faut pas?:

1) Mentir

Ne dites pas que vous avez été consultant, gravi des montagnes, suivi le CFA ou aidé un ami à monter sa boîte de vente par correspondance si vous êtes resté allongé tout ce temps dans le canapé. Vous risquez d’être démasqué.

2) Dire que vous avez recherché du travail

Cela peut être parfaitement exact, mais si vous dites que vous avez passé tout votre temps à essayer de retrouver un emploi en finance, vous grillez votre réputation.

Si vous dites : j’ai passé les 18 derniers mois à postuler à des emplois, vous donnez le signal que vous avez fait le tour du marché et êtes inapte au travail , fait remarquer Michael Moran.

3) Dire que vous avez passé tout votre temps en famille

Il semble naturel de passer du temps avec vos enfants, mais n’ayant pas choisi de vous retrouver en dehors du marché, mieux vaudrait avoir fait quelque chose de plus significatif, affirme Graham Ward. Si vous avez été licencié, vous aurez besoin pour retrouver du travail de montrer que vous pouvez vous relever face à l’adversité et générer l’énergie nécessaire pour faire bouger les choses .

commentaires (3)

Comments
  1. je ne suis pas d’accord avec le “ne pas mentir”.

    Un tour du monde en bateau, consultant, ça se pipote facilement…

  2. @RB

    de toute facon tout le monde est consultant actuellement
    pensez a kerviel, employe de SSII qui a failli faire sauter une des premieres banques francaises. Mais avoir des employes fideles honnetes ou une vraie gestion de risque (pas les conneries actuelles, c’est possible car les quidam et la COB comprennent que dalle) semble etre la derniere preocuppation des banques. je ne parles meme pas du formattage des esprits dans le milieu financier, pire que dans d’autres secteurs ou j’ai travaille.
    De plus la plupart des grandes banques mondiales sont en faillite et ont du etre sauvees avec l’argent public. Les stress test sont une farce
    une societe de cons sultans !

  3. @ LUC
    La COB n’existe plus, peut-être fais-tu allusion à l’AMF… ?
    Tu devrais peut-être”consulter”…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici