☰ Menu eFinancialCareers

Recrutements sur la place financière luxembourgeoise : “small is beautiful” !

La reprise de l’embauche n’est pas le lot de tout un chacun. Les employeurs de petites tailles sont aujourd’hui plus amènes que les grandes institutions financières en la matière. A titre d’exemple, une étude de PwC sur l’avenir du wealth management avait fin 2010 déjà mis en lumière l’essor des boutiques.

Aujourd’hui, le cabinet de recrutement Robert Walters affirme que cette tendance, qui devrait perdurer courant 2011, s’applique à l’ensemble de l’industrie financière luxembourgeoise.

L’embauche chez les grandes institutions financières sera modérée et concentrée sur des profils de spécialistes, dotés de compétences juridiques, de vente et de business development, ou encore dans l’administration et la comptabilité de fonds. Nous anticipons en revanche que la majeure partie des nouveaux postes seront créés dans les plus petites institutions et les start-ups, telles que les firmes de private equity, les holding compagnies, les fonds d’investissement de real estate, les fiduciaires, et autres fournisseurs de services de domiciliation , prévoit le recruteur dans sa dernière étude Salary Survey 2011.

La tendance se vérifie également chez les juristes. Les cabinets d’avocats ont ainsi davantage recruté ces profils, en particulier des spécialistes du droit des affaires et des fonds d’administration, que les institutions financières ou les grands groupes. Et cette tendance devrait se confirmer cette année, selon le cabinet qui anticipe une hausse des salaires pour les profils avec moins de 6 ans d’expérience, largement privés d’augmentation l’an passé.

Sur l’ensemble du secteur financier et bancaire, le cabinet anticipe une hausse des salaires situés entre 5 et 15%. Comme le montre le tableau ci-dessous, ces augmentations concerneront principalement les postes financiers, comptables, de risk management, en fusions-acquisitions, de business development, de contrôle de gestion, reporting (fonds) et enfin les postes juridiques.

Enfin, les institutions financières continuent d’être très sélectives dans leur recrutement et sont particulièrement intéressées par les profils qui, outre une personnalité et des compétences classiques requises, présentent des qualifications supplémentaires, comme l’ACCA. Point sur lequel ils avaient déjà insisté lors de leur précédente étude.

NB : Les chiffres indiqués dans l’étude comprennent le salaire fixe uniquement (les bonus et avantages sont exclus des fourchettes indiquées). En outre, ces chiffres reflètent le marché de l’emploi à l’embauche, ce qui signifie qu’ils se basent sur les candidats mobiles et non les professionnels en poste.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici