☰ Menu eFinancialCareers

Les métiers dans laquelle votre mobilité paiera le plus en France en 2013

Les cadres français seraient parmi les moins mobiles au monde, rendant le marché de l’emploi hexagonal – déjà affectée par des recrutements atones – particulièrement figé. Aussi, paradoxalement les candidats les moins frileux auront plus qu’à l’accoutumé un bénéfice salarial accru à changer de poste en 2013, selon le cabinet de recrutement Robert Walters. « Les candidats se trompent, il ne fait pas si froid dehors…», a ironisé Antoine Morgaut, CEO Europe continentale et Amérique Latine du cabinet de recrutement Robert Walters lors d’une conférence de presse organisée ce matin à Paris à l’occasion de la publication de leur global salary survey 2013.

Car « curieusement, et c’est une première historique, cette crise a généré de profonds besoins de recrutements sur les profils les plus experts », note le directeur parisien dans l’édito de l’étude, qui évoque un marché de « pénurie structurelle » en France pour certaines fonctions pour lesquelles le saut salarial à l’occasion d’un changement d’employeur peut s’élever jusqu’à 20%. C’est cependant plus vrai pour le secteur de la finance d’entreprise et l’assurance, relativement épargnée par la crise, que pour le secteur bancaire.

Finance d’Entreprise

Cette année, le cabinet anticipe des volumes de recrutements stables par rapport à 2012, qui s’est « avérée étonnamment dynamique ». Les embauches devraient être portées par une pyramide des âges vieillissante mais aussi par la recherche d’experts, avec pour certaines fonctions des plafonds de salaires relevés pour les professionnels les plus expérimentés :

Chef comptable : entre 90 et 150k euros pour 10 ans d’expérience et plus (contre une fourchette 90-125k en 2012)

Trésorier : entre 90 et 130k pour 10 ans d’expérience et plus (contre 90-105k en 2012)

Risk manager : entre 60 et 80k pour 6 à 10 ans d’expérience (contre 60-65k en 2012)

Consolidateur : entre 100k et 150k pour 10 ans d’expérience et plus (contre 60-65k en 2012)

Credit manager : entre 90 et 110k pour 10 ans d’expérience et plus (contre 90-100k en 2012)

Assurance

Pour 2013, le cabinet anticipe une « phase de recrutement repartant à la hausse » pour ce secteur et des besoins massifs d’experts en gestion des risques. Seuls les actuaires (plutôt les jeunes et les plus expérimentés) parviendront cependant à continuer à pousser leur salaire vers le haut, et dans une moindre mesure les inspecteurs commerciaux, qui managent souvent de petites équipes commerciales.

Actuaires : 50 à 75k euros pour 3 à 6 ans d’expérience et 95k+ pour 12 ans d’expérience et plus.

Inspecteurs commerciaux : de 20 à 50k euros pour 3 à 6 ans d’expérience et de 40 à 65k pour 7 à 12 ans d’expérience.

Pour ces deux fonctions, « les employeurs sont prêts à fournir un effort salarial supplémentaire car la prime de risque pour les candidats est plus élevé aujourd’hui, sans compter la nécessité de faire rapidement barrage aux contre-propositions », témoigne Frédéric Hatsadourian, senior manager de la division Banque & Assurance chez Robert Walters.

Banque d’investissement

Malgré une année 2013 qui s’annonce morose, des poches de recrutements subsisteront au sein du corporate banking et des fonds de dette, précise l’enquête. Si le marché reste animé par un volume d’offres dans les métiers liés aux contrôles, à la gestion des risques et, dans une moindre mesure, à la compliance, l’augmentation salariale de ces fonctions s’est normalisée. En revanche, il y a des fonctions pour lesquels les volumes de recrutement sont plus faibles, mais où les candidats de qualité prêts à bouger sont particulièrement rares ou difficiles à débaucher. Ce qui est de nature à accroitre le niveau salarial de ces fonctions.

– C’est le cas d’une certaine catégorie de fonctions middle-office (sur opérations bancaires, comptables ou titres), « marquée par une population vieillissante, et des technologies et des réglementations changeantes dans le secteur de la conservation en particulier, et qui requièrent de plus en plus des Bac+5, des ingénieurs, et des professionnels maitrisant les IFRS, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années », relève Frédéric Hatsadourian. Le salaire pour un middle-officer devrait s’échelonner entre entre 50 et 70k pour 5 à 7 ans d’expérience, selon l’étude.

– Autre cas intéressant : la catégorie attrape-tout M&A/ Capital risque / Projet qui marque un net relèvement des fourchettes de salaires fixes, soit 65 à 100k euros pour un professionnel avec 5 à 7 ans d’expérience (contre 45-80k pour 2012). « Ces marchés sont loin d’être euphoriques donc ceci s’explique surtout par l’intérêt des établissements à attirer des candidats qui ont une forte capacité d’origination (transferts de portefeuille, bon relationnel) un peu à la manière des banquiers privés », explique Frédéric Hatsadourian.

Banque de détail

La seule raison qui conduira le secteur à maintenir d’importants volumes de recrutements est le vieillissement de sa pyramide des âges. Les autres signaux sont mauvais : « turnover assez faible », « crainte de l’accroissement de la charge fiscale », sans oublier les probables fermetures d’agence à court et moyen terme dans l’Hexagone. Dans ce marché en transformation, loin des fonctions commerciales qui nourrissent traditionnellement les volumes de recrutements, une fonction se démarque, celle d’analyste crédit pour laquelle « les employeurs peinent à recruter, en raison du nombre restreint de spécialistes et de leur frilosité ».

– Analyste crédit : 50 à 65k pour 5 à 7 ans d’expérience, 65 à 80k pour 7 à 12 ans d’expérience, et 70 à 85k pour 12 ans d’expérience et plus.

Enfin, pour tous les cadres qui ne se reconnaissent pas dans cet éclairage, 2014 devrait être l’année de la reprise des recrutements, anticipe Robert Walters. Et « le rebond sera d’autant plus significatif en matière salariale que la France a accumulé du retard en matière de rémunération de ses cadres et que le marché est largement pénurique avec une moyenne de seulement 4% de chômage pour les cadres en France », a conclu, optimiste Antoine Morgaut. Encore un peu de patience…

commentaires (2)

Comments
  1. ces chiffres sont trés surestimés! un chargé de middle office payé entre 50 et 70 k€ même avec 5 à 7 ans d’expérience c’est faux
    La Moa: j’y suis j’ai 12 ans d’expérience et je ne gagne même pas 60 k€ pour des horaires chargés et un stress de dingue, mes collègues et autres amis en Moa ne gagne pas non plus entre 65 à 100k euros pour un professionnel avec 5 à 7 ans d’expérience!!
    ces chiffres c’est vraiment n’importe quoi

  2. Ces chiffres sont surprenants et me semblent loin de réfletter la vérité Française. Est ce de la France dont on parle ici ou de l’étranger ? Parle t on ici des managers ou bien de simples officers ?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici