☰ Menu eFinancialCareers

L’attrait du salaire ne suffit plus au Luxembourg

Les tensions sur le recrutement challengent la place luxembourgeoise sur un de ses arguments phares : le salaire. Jusqu’où peut-on aller dans la surenchère ?

Il est aujourd’hui difficile de trouver les profils adaptés à nos offres. Et lorsque nous les trouvons, les candidats demandent un arrangement de leur package salarial tel que nous devons parfois renonçons à leur faire l’offre , témoigne Nathalie Moraux, responsable RH chez Banque Degroof Luxembourg.

Il est ainsi arrivé ces dernières semaines que deux candidats, après avoir signé un contrat chez Degroof, renoncent à la dernière minute au poste qui leur était offert en raison d’une contre-proposition alléchante de l’employeur qu’ils étaient prêts à quitter… Une anecdote certes, mais qui en dit long sur le l’état de la surenchère actuelle autour des rémunérations.

D’autres atouts à promouvoir

Le Luxembourg reste compétitif par rapport à la Belgique, avec des salaires jusqu’à 30% plus élevés sur certains postes notamment dans les fonds. En revanche, le Luxembourg a parfois du mal à bien se positionner par rapport à d’autres places. Nos packages ne sont pas compétitifs par rapport à Paris, regrette Nathalie Moraux. Deux candidats ont récemment refusé des offres, préférant d’autres avantages dont ils bénéficiaient en France et considérait comme acquis, comme les stock options, les plan d’intéressement ou les plan d’épargne .

Le salaire, sans les autres avantages adossés, est plus élevé au Luxembourg mais compte tenu des charges sociales plus élevées en France, un salaire nous coûte autant au Luxembourg qu’à Paris , fait remarquer Tom Seale, CEO de European Fund Administration, qui, lui aussi, reconnaît subir une forte guerre des talents au Luxembourg et des prétentions salariales élevées .

Si le salaire ne suffit plus, dans quel domaine le Luxembourg peut-il se démarquer ? L’intérêt du poste, les perspectives d’évolution professionnelle, l’équilibre vie professionnelle – vie privée et les possibilités de mobilité interne sont des facteurs importants, explique Christian Scharff, DRH de Dexia BIL. Sans oublier la réputation de l’employeur et l’ambiance au sein de l’entreprise . Ce ne sont pas les chantiers qui manquent.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici