☰ Menu eFinancialCareers

Trois types de candidats bizarres avec une (fâcheuse) tendance à postuler dans l’industrie financière

Cet article, sous forme d’appel à témoins, s’adresse en particulier à tous qui ont déjà fait passé des entretiens au cours de leur carrière. Nous recherchons des anecdotes sur les interviews de vos pires cauchemars, version non pas candidat, mais intervieweur cette fois. Aussi si vous avez eu des expériences avec des candidats un peu dérangés, n’hésitez pas à les partager avec nous, en postant votre témoignage dans la boîte de commentaires ci-dessous.

En attendant, voici quelques exemples pour s’échauffer…

Le type silencieux, sombre

Nous savons tous que les personnes qui travaillent en IT peuvent être étranges parfois. Nous avons parlé à un recruteur qui a récemment eu à faire à un professionnel de l’informatique qui portait des lunettes de soleil (sans explication) tout au long de l’entretien. Pire encore, il refusait de répondre aux questions. La banque s’est demandé pourquoi le candidat avait même pris la peine de venir. Il va sans dire qu’il n’a pas obtenu le job, nous a confié le recruteur.

Le manipulateur machiavélique

Un candidat en back-office d’une banque commerciale s’est vu offrir un poste dans une autre banque commerciale, mais a utilisé cette offre purement comme un outil de négociation pour décrocher une meilleure rémunération pour un poste en banque d’investissement où il était vu en entretien. Cela lui a coûté cher.

Après avoir été engagé dans la banque d’investissement, il a découvert que cet univers ne lui correspondait pas, il a quitté l’établissement après seulement trois mois et a été au chômage depuis 10 mois, malgré ses compétences très recherchées.

Le recruteur avec qui il était en contact à l’origine assure que la vie du candidat n’est franchement pas facile. Il a envoyé son CV à toutes les banques et a été en contact avec trop de recruteurs, ce qui ne lui a pas réussi. Lorsque les candidats manipulent des offres de cette manière, cela montre simplement qu’ils ne valorisent pas l’entreprise. Les banques ne sont pas très indulgentes, ils ont une liste noire de ce type de candidats, tout comme les cabinets de recrutements, ajoute cette consultante.

Le mythomane avide

Un autre consultant en recrutement nous a indiqué qu’un candidat avait déjà exigé un salaire deux fois élevé que son poste actuel pour un poste lié à la stratégie au sein d’une banque commerciale.

Les attentes salariales du candidat étaient exagérément élevées, explique-t-il. Il a refusé l’offre originale et a finalement pris un poste en dehors de l’industrie bancaire, seulement pour réaliser quelque temps plus tard qu’il n’était pas taillé pour cette autre industrie.

Et vous, avez-vous des expériences à partager à propos de candidats que vous avez jugé pour le moins à côté de la plaque ?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici