☰ Menu eFinancialCareers

L’assurance luxembourgeoise en pleine forme : c’est le moment de postuler !

L’année 2012 sera plutôt un bon millésime pour le secteur de l’assurance au Luxembourg. Fin septembre, les compagnies luxembourgeoises d’assurance comptaient dans leurs caisses 100 milliards d’euros d’actifs. Un record, avec des primes en augmentation de 34,5 % par rapport au troisième trimestre 2011, toutes branches confondues. « Les produits offerts par les entreprises luxembourgeoises sur les marchés internationaux jouissent toujours d’une bonne réputation, avec un rendement raisonnablement accepté et acceptable », souligne Victor Rod directeur du Commissariat aux assurances (Paperjam.lu).

Pit Hentgen, le président de l’Association des compagnies d’assurances du Grand-Duché de Luxembourg (ACA), a d’ailleurs rappelé le mois dernier que le secteur des assurances au Luxembourg était resté robuste malgré la crise qui dure depuis cinq ans. Ce ne sont, en tout cas, pas les employeurs potentiels qui manquent, étant donné que tous les grands groupes internationaux d’assurance distribuent à partir de Luxembourg des produits d’assurance vie dans le cadre de la libre prestation de services au sein de l’Union européenne.

Grâce au « super-privilège » ancré dans la réglementation luxembourgeoise, les souscripteurs d’un contrat d’assurance vie bénéficient en effet d’une protection juridique unique en Europe. « Le banquier genevois n’a pas d’assurance vie dans son portefeuille de produits. Être basé au Luxembourg nous permet de garder nos clients en leur proposant ce produit », explique Didier Resch, Sales Director chez Swiss Life Luxembourg.

Équipes de gestion pointues

« À côté de quelques grands acteurs qui emploient 300-400 personnes, on trouve des structures de taille moyenne qui emploient une cinquantaine de personnes chacune », relève Thierry Flamand, associé chez Deloitte Tax & Consulting, Luxembourg, au cours d’un l’atelier « Assurance vie : brisons les frontières », organisé le 14 novembre à Paris dans le cadre d’un séminaire de Luxembourg for Finance, en collaboration avec Paris Europlace.

« Entre 45 et 50 acteurs opèrent depuis le Luxembourg sur différents pays européens », ajoute Éric Winter, directeur commercial de l’assureur vie Foyer International qui anticipe cependant une contraction du nombre d’acteurs du fait que certains n’ont pas réussi à imposer leur marque et que d’autres ont fait le plein ou bien jeté l’éponge. Ainsi, la première société d’assurance-vie du Grand-Duché, Lombard International Assurance, a annoncé en mai dernier vouloir réduire ses effectifs d’environ un quart d’ici à 2014.

À l’opposé, la réouverture par AXA d’une libre-activité de service depuis le Luxembourg avec une cellule d’une dizaine de personnes constitue une bonne nouvelle pour le secteur qui continue d’embaucher régulièrement : Cali Europe, compagnie d’assurance vie du Groupe Crédit Agricole employant 22 collaborateurs au Luxembourg, recherche ainsi actuellement un responsable comptabilité assurance vie maîtrisant, entre autres, les normes IFRS. Preuve que les profils pointus ont le vent en poupe…

Et l’assurance non-vie ?

Il n’y a pas que l’assurance vie qui se porte bien : les acteurs de l’assurance non-vie implantés au Luxembourg, et notamment les mutuelles d’assurances maritimes et autres sociétés d’assurances spécialisées, ont, quant à elles, vu leurs provisions techniques progresser de 16,57 %, entre janvier et septembre, et leur encaissement de 7,56 %. « Avec une augmentation de 21,97 % de leur encaissement, les entreprises opérant à l’étranger dans les branches d’assurances non-vie (hors assurances maritimes) affichent un taux de progression nettement plus important », indique le communiqué du Commissariat aux assurances.

Enfin, le Luxembourg qui a créé en 1984 un cadre légal spécifique pour les activités de réassurance a attiré depuis lors plus de 250 sociétés de réassurance, surtout des captives de réassurance appartenant à des groupes industriels, commerciaux ou financiers, ce qui fait du Luxembourg le leader en la matière. Et l’attrait du Grand-Duché comme domicile de sociétés de réassurance a encore augmenté avec la transposition en droit national de la directive européenne de réassurance introduisant le « passeport européen ». De quoi rassurer les professionnels de l’assurance non-vie…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici