☰ Menu eFinancialCareers

Faut-il aider les banquiers à gérer leur stress ?

Longues heures de travail, conflits internes, voire harcèlement moral ne sont pas les seules sources de stress au bureau. Les problèmes familiaux (divorces, décès, etc.) et les problèmes concrets (allocations familiales, immatriculation du véhicule, impôts, recherche de logement, etc.) absorbent et déconcentrent également l’employé, qui perd en assiduité et donc en rentabilité , note Hervé Hanon, psychologue consultant et responsable Luxembourg chez ICAS, société qui aide les salariés à se libérer de toute contingence matérielle et émotionnelle.

Mais les banquiers ont-ils vraiment besoin de ce type de services ? Pas si sûr… D’abord d’aucuns diront que la plupart d’entre eux ont les moyens financiers de se faire aider dans leur quotidien et n’ont pas besoin, en plus, d’un baby-sitter ! En outre, les opérateurs de marché, par exemple, se font un point d’honneur à savoir gérer le stress, relève Olivier Godechot, sociologue et auteur de Working Rich (2007) et Les Traders (2001). Le stress naît plutôt de l’ennui. Lorsqu’il ne se passe rien, ils sont tentés de réaliser ce que l’on appelle des “boring transactions” pour justement créer de l’activité. Or ces positions se révèlent souvent être mauvaises !

Il n’empêche, 2/3 environ des employés (6 000 personnes) qui bénéficient des services d’ICAS proviennent du secteur financier ! Parmi eux, peu de traders probablement… Les attentes des jeunes, et des moins jeunes, sont de plus en plus importantes sur ce sujet , constate de son côté Christian Scharff, responsable des ressources humaines chez Dexia-BIL, qui a mis en place une série de services in-house tels que le temps partiel à la carte, la garde d’enfants malades, un pressing, etc. Des banques contraintes de dorloter leurs troupes ? Décidément les temps changent…

commentaires (3)

Comments
  1. J’ai la chance d’avoir mon employeur qui fait appel aux services d’ICAS. J’ai fait appel à eux car j’ai deux enfants et je ne percevais pas d’allocations familiales au Luxembourg (je suis frontalier belge). J’essayais moi-même de téléphoné à la Caisse des prestations familiales mais sans succès. ICAS a pris les choses en mains et a tout clarifié. Maintenant je reçois comme il se doit les allocations.

  2. Il y a encore beaucoup à faire dans le domaine du bien-être au travail, je pense notamment aux problématiques de transport, pour les travailleurs frontaliers notamment…Ce service a en tout cas le mérite d’exister. Je regrette simplement qu’il n’y ait que 6000 salariés du secteur financier qui en bénéficient. Cela fait peu par rapport au nombre total d’employés du secteur (150 000 ?).

  3. Arrêtons un peu cette hypocrisie. Je suis d’accord avec le sociologue ! Si on choisit de faire carrière dans la banque, ce n’est pas pour l’épanouissement personnels mais pour l’argent. Point barre !

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici