☰ Menu eFinancialCareers

Le point sur les profils et secteurs concernés par le “mini boom” du recrutement dans l’industrie financière luxembourgeoise

Luxembourg n’a jamais été aussi attractif pour les professionnels de la finance que ces derniers temps. La place financière semble épargnée par la nouvelle vague de suppressions d’emplois qui affecte, à nouveau, le secteur de la banque d’investissement. Elle témoigne au contraire d’un grand dynamisme en matière de recrutement.

Pour preuve : l’ouverture de nouveaux cabinets de recrutement spécialisé en finance, à l’image d’Avalon Search et le développement des cabinets existants.

Nous avons énormément de missions, témoigne Andrew Notter du cabinet Badenoch & Clark au Luxembourg. Nous venons juste de recruter quatre nouveaux consultants pour faire face à la demande.

Selon Robert Van den oord du cabinet Robert Walters au Luxembourg, la reprise date de l’an passé. Depuis il y a une volonté marquée de renforcer les équipes, en particulier dans la gestion des risques, les métiers de la compliance, les fonctions comptables et en banque privée.

Son confrère, David Kitzinger, responsable de l’executive search au sein du cabinet Badenoch & Clark, confirme cette appétence des banques en particulier pour les profils risk et compliance, surtout à un niveau senior. Concernant la banque privée, au-delà des postes de front office, la création de nouveaux postes concernent désormais principalement les départements d’ingénierie patrimoniale. Ces compétences ont besoin d’être développées car le secteur doit se professionnaliser avec la fin annoncée de l’offshore, explique ce consultant. Pour lui, il ne fait aucun doute : le secteur a besoin de sang nouveau!

La dernière étude du cabinet de chasse spécialisé Edouard Franklin avait indiqué que trois quarts des acteurs du private banking à Luxembourg avaient prévu de recruter cette année.

De son côté, l’industrie des fonds connaît une nouvelle dynamique comme en témoignent la hausse des avoirs sous gestion et du nombre de fonds, qui profiteraient surtout aux acteurs spécialisés. Les acteurs qui créent de nouveaux emplois aujourd’hui sont des sociétés de petite taille, comme les fonds private equity real estate, qui ont d’importants besoins en matière de compétences comptables et de contrôle financier, relève David Kitzinger.

Enfin, les sociétés de services qui gravitent autour de l’industrie financière recrutent de manière particulièrement actives depuis le début de l’année. Certains experts estiment que 500 à 600 embauches ont été réalisées au cours du premier semestre. Sont concernées aussi bien les cabinets d’avocats, les big four, les cabinets de conseil spécialisés notamment sur les aspects fiscaux, que les fiduciaires.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici