☰ Menu eFinancialCareers

Crise de l’emploi bancaire : le calvaire loin d’être terminé

Pour 2010 et 2011, les prévisions parlent d’une croissance extrêmement faible de 1,1 et de 1,8% pour le Luxembourg. Le chômage qui flirte aujourd’hui avec la barre des 6 % devrait monter à presque 7 % en 2010, un niveau qui sera dépassé en 2011, anticipe le gouvernement.

1.300 emplois perdus pendant la crise de 2001

Entre septembre 2008 et septembre 2009, le secteur bancaire a perdu 770 emplois. En raison notamment d’une restructuration générale des grands groupes bancaires qui ont des filiales au Luxembourg, cette tendance baissière est appelée à se prolonger dans les trimestres à venir, selon la Banque centrale du Luxembourg (BCL) dans son dernier bulletin. La tendance que l’on observe actuellement est tout à fait comparable à celle de la précédente crise de 2001, au cours de laquelle plus de 1 300 emplois avaient été perdus .

Les trois fusions observées entre le 1er janvier et le 31 octobre 2009 montrent que le processus de concentration des activités dans le secteur se poursuit. Les activités de la BSI Niederlassung Luxemburg ont ainsi été intégrées dans celles de la BSI Luxembourg S.A., tandis que la Dresdner Bank Aktiengesellschaft, succursale de Luxembourg a fusionné avec la Commerzbank AG, Zweigniederlassung Luxemburg ; et Unibanco – União de Bancos Brasileiros (Luxembourg) S.A. a fusionné avec la Banco Itaú Europe Luxembourg S.A. Sur la période allant de septembre 2008 à septembre 2009, le nombre d’établissements était passé de 154 à 146.

Si la tendance globale est à la baisse, il faut cependant souligner que la proportion de banques ayant augmenté leurs effectifs sur la période allant de septembre 2008 à septembre 2009 est très proche du nombre de banques ayant opté pour une baisse (41,6 % contre 39,6 % pour une baisse et 18,8 % pour un statu quo).

Selon le décompte du syndicat Aleba, 663 emplois ont disparu depuis le printemps 2008.
Vingt et une banques ont licencié 610 salariés au total dans le cadre de plans sociaux sur une place financière qui emploie 26 497 personnes. À quoi s’ajoutent 53 licenciements individuels dans neuf établissements. Citibank a ainsi réalisé trois vagues de licenciements individuels en trois mois. Ce qui a conduit au départ de seize salariés. À ces 663 licenciements, le syndicat ajoute les départs naturels non remplacés dans le cadre de plan de maintien de l’emploi: 295 postes (lessentiel.lu).

La fin de l’âge d’or et la nécessité de se diversifier

Outre les effets de la crise, le Grand Duché doit gérer les pressions européennes qui demandent au secteur bancaire luxembourgeois de s’adapter aux nouvelles réglementations. Ainsi, la BCL s’inquiète pour le développement futur de la place financière et sur l’effet d’entraînement qu’il pourrait avoir sur la branche des services aux entreprises .

Bien que la place financière repose toujours sur des bases solides, sa croissance ne se poursuivra pas au même rythme qu’avant, a prévenu le ministre des Finances, Luc Frieden. Il y a donc lieu, selon le ministre, d’y développer d’autres activités, telles que la philanthropie, la microfinance ou les écotechnologies, et de promouvoir sa notoriété dans d’autres régions du monde comme l’Asie, les pays du Golfe ou l’Amérique latine. La place reste importante pour notre pays, mais la diversification de notre économie doit être poursuivie , a conclu Luc Frieden.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici