☰ Menu eFinancialCareers

Genève, terre d’accueil des traders cocaïnomanes ?

On connaissait la Suisse pour ses cures thermales, mais une clientèle d’un nouveau genre est en train de faire son apparition sur le sol helvétique : des professionnels de la finance qui viennent se faire soigner pour leur dépendance à la cocaïne. Nous prenons en charge des courtiers en Bourse qui viennent d’autres places financières importantes, comme Londres, confirme Danièle Zullino, chef du département de l’hôpital universitaire de Genève en charge des addictions (Le Matin Dimanche). Il est difficile de donner un chiffre, mais cela représente plusieurs dizaines de personnes par année.

Résister à la pression

La prise de cocaïne touche toutes les professions. Mais les métiers où la pression sur la performance est forte, comme la banque et les assurances, sont en effet particulièrement sujets à ce type de dépendance , poursuit Danièle Zullino. Selon elle, la cocaïne agit comme stimulateur et augmente la résistance à la fatigue. Cela permet à celui qui en consomme de travailler davantage. Mais cette drogue peut provoquer des troubles du rythme cardiaque, de l’hypertension, des spasmes ou de l’épilepsie.

Sans oublier le danger d’overdose. Certains tardent trop avant de demander de l’aide, comme ce directeur d’une firme d’investissement. Mort d’une surdose, il était dépressif à cause des pertes accumulées dans ses portefeuilles, rapporte le site Finance et Investissement.

Le monde de la finance est le reflet de ce monde sans état de droit, où tout est possible, dans un univers d’optimisme et de virtualité absolue ; un monde de compétition extrême sur tous les marchés du monde, en éveil 24 heures sur 24, explique pour sa part Jacques Attali, président de PlaNetFinance (L’Express.fr). Il est donc le cadre parfait de l’expression et de l’action des cocaïnomanes, somnambules euphoriques : pas étonnant qu’ils soient si nombreux dans les salles de marché, pas étonnant aussi que tant de risques y ont été pris.

commentaires (6)

Comments
  1. “pas étonnant qu’ils soient si nombreux dans les salles de marché, pas étonnant aussi que tant de risques y ont été pris”

    Voila une des plus grosses absurdites qu’on ait entendu depuis le debut de la crise… maintenant, on sait ou sont les responsables… ce ne sont plus les ingenieurs, magiciens en CDO et titrisation, ce sont les cocainomanes…

  2. “pas étonnant qu’ils soient si nombreux dans les salles de marché, pas étonnant aussi que tant de risques y ont été pris”

    Voila une des plus grosses absurdites qu’on ait entendu depuis le debut de la crise… maintenant, on sait ou sont les responsables… ce ne sont plus les ingenieurs, magiciens en CDO et titrisation, ce sont les cocainomanes…

  3. quand ton taff s’appelle DEALER en produits dérivés c’est pas étonnant ;-)

  4. Jacques Attali me fait bien rire ! Il carotte tt le monde avec le microcrédit et après il fait style “les traders c’est des cons drogués pas étonnant qu’ils fassent n’importe quoi”.

  5. La drogue, l’alcool que l’on oublie souvent de mentionner affecte tous les milieux professionnels notament quand la pression sur les résultats est forte. Cette pression s’est fortement aggravée ces 10 dernières années dans la finance mais aussi dans l’industrie, les sociétés du CAC40. Les suicides dans le travail sont aussi une conséquence.
    Cependant la cocaine existe dans la finance mais elle est tres tres loin d’etre une generalité ! foi de trader

  6. oui la cocaïne on la trouve dans tous les milieux, pas plus en finance qu’ailleurs…abuser de médoc’ ou de calmants c’est aussi quelque part se “droguer”, tout comme être dépendant de la bouteille…

    “dealer en produits dérivés”, ;-) elle est bien bonne !!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici