☰ Menu eFinancialCareers

Pas de nouvelles suppressions de postes chez BNP Paribas après les élections présidentielles

BNP

Alors que sont redoutées de nouvelles vagues de restructurations industrielles après l’élection présidentielle, et notamment dans le secteur bancaire, BNP Paribas assure ne pas prévoir de nouvelles mesures de suppressions de postes. Près de 1 400 postes sont déjà en passe d’être supprimés dans la banque de financement et d’investissement. Le plan de départs volontaires qui a eu du mal à convaincre semble avoir enfin trouvé sa vitesse de croisière : fin mars, il était réalisé à environ 60%. Aujourd’hui, « il est clair que 80% du plan de réduction de bilan a été réalisé. Nous pouvons le boucler à l’été », a précisé Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de BNP Paribas lors d’une interview à Reuters Insider.

Les résultats du premier trimestre 2012 publiés ce matin par la banque éloignent un peu plus le spectre de nouveaux licenciements. BNP Paribas a dégagé un bénéfice net en hausse de près de 10% par rapport au premier trimestre 2011 grâce notamment à plus-value réalisée sur la cession d’une partie de sa participation au capital de la foncière Klépierre et la bonne tenue de la Banque de détail. « Le Groupe BNP Paribas réalise ce trimestre de bons résultats opérationnels avec une activité en croissance chez Domestic Markets et une bonne performance des Marchés de Capitaux », commente Jean-Laurent Bonnafé dans un communiqué.

Résultats contrastés en BFI

Même si les revenus du pôle CIB sont en baisse de 11% par rapport au premier trimestre 2011, les revenus de Conseil et Marchés de Capitaux ont connu un rebond significatif par rapport au quatrième trimestre 2011 et ne reculent que de 4% par rapport au premier trimestre 2011 où l’activité avait été soutenue. Les revenus de Fixed Income progressent de 6,6% par rapport au premier trimestre 2011, tirés par de bonnes performances en taux et change en particulier sur les flux, et par une activité d’émissions obligataires très soutenue. Les activités de dérivés sur les énergies et les matières premières ont connu par ailleurs une forte activité de clientèle en particulier sur le pétrole et le gaz.

Le tableau est nettement moins reluisant en ce qui concerne le métier Actions et Conseil dont les revenus reculent de quasiment 30% par rapport au premier trimestre 2011. A noter que la part des produits structurés est plus faible qu’en 2011 en raison d’une faible demande de la clientèle. Ce n’est guère mieux pour les métiers de financement (appelés maintenant Corporate Banking dans le cadre d’une nouvelle approche du métier) où les revenus reculent de 25% par rapport au premier trimestre 2011. Ceci dit, BNP Paribas n’est pas la seule à souffrir dans ces lignes d’activités. Chez Société Générale, qui publiait hier ses résultats, les revenus des activités de financement et conseil sont en baisse de plus de moitié d’une année sur l’autre. Natixis et Credit Agricole feront-elles mieux ? Réponse la semaine prochaine…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici