☰ Menu eFinancialCareers

Combien vaut un trader de dérivés de taux d’intérêt exotique ?

Un panel de chasseurs de tête spécialisés évalue la rémunération moyenne de ce type de postes à Londres : environ 172.000 K€ et un bonus pouvant atteindre 500 % du salaire selon les performances (pour un directeur ou un trader qui a moins 5 ans d’expérience).

Les offres d’emplois diffusées par les banques du quartier financier de Londres doivent être de plus en plus difficiles à comprendre pour ceux qui ne travaillent pas dans la City. Tout le monde sait ce que fait un vendeur d’actions, un consultant en corporate finance ou même un simple négociateur de futures, mais que fait un trader de dérivés de taux exotiques ?

Cette situation devrait changer à l’avenir : A en croire Richard Fraser de chez RJG Global Search ainsi que d’autres chasseurs de tête ce marché s’est développé de façon spectaculaire alors que les instruments financiers plus traditionnels et courants n’arrêtent pas de décevoir.

‘Les traders qui traitent des Bermudans, index amortising swaps, knockout corridors, power reverse duals, path-dependent structures and callable structures ainsi que des produits hybrides, gagnent tous plus que les traders de produits basiques. Pourquoi ? “Parce que les produits sont plus compliqués.” explique-t-il. Vraiment plus compliqués.

Richard Melkonian de chez Napier Scott est d’accord. Selon lui, les marchés exotiques sont devenus encore bien plus exotiques.

Selon lui, la beauté du marché exotique est qu’il ne connaît pas de limite : on définit un besoin et on élabore un produit pour y répondre. Ou on élabore un produit plus complexe et il trouvera un usage et un acheteur. Dans un univers financier extrêmement complexe, cette démarche n’est pas cynique, elle est réaliste . Il ajoute que ce mouvement n’a pas faibli depuis le milieu des années 1990, période où les options exotiques ont envahi le marché de taux et nous n’avons toujours pas pris le temps aujourd’hui d’en faire le bilan.

Dans ce contexte, de quel type de personne avons-nous besoin pour créer une telle alchimie ? Melkonian affirme que les traders en taux d’intérêt exotique possèdent des connaissances poussées en mathématiques, ont idéalement un troisième cycle dans cette matière ou dans une matière similaire, voire un doctorat (PHD). La plupart ont commencé par être analystes quantitatifs. Explique Melkonian.

Un opérateur sur les produits exotiques est idéalement à 50% trader et à 50% quant, il sait parfaitement comment des variations de taux d’intérêt de faibles amplitudes peuvent affecter son activité. Etant donné que les traders de cette qualité et de cette expérience sont rares, les salaires sont élevés et les banques sont souvent prêtes à tout pour obtenir le bon candidat.

‘Il y a une très forte demande pour les gros calibres disposant d’un bon et rentable track record – spécialement pour ceux qui connaissent les produits hybrides (des produits de taux combinés d’autres classes d’actifs comme les dérivés actions par exemple),’ explique Fraser.

Selon Melkonian, le salaire est un critère important : ‘il n’y a pas de limite à la rémunération comme avec tous les traders. Mais un trader exotique vaut bien tout ce qu’une banque peut payer.’

Mais de combien parle-ton ? D’après Melkonian, un trader de dérivés de taux exotiques au niveau Associate Director/ VP peut gagner un fixe de 90-135K€ et sa rémunération globale se situer entre et 575-750K€. Au niveau director, on peut prétendre à 145-155K€ en fixe et atteindre un total entre 750K€ et 1500K€. Au niveau Managing Director on parle d’un package de 2.75 à 4.5 millions d’€, en fonction des performances bien naturellement.

Un trader avec trois ou quatre ans d’expérience peut obtenir un fixe de 120/150K€ et un bonus de 100 à 350% ; quelqu’un avec cinq ans d’expérience ou plus, un fixe de 187-225K€ et un bonus allant jusqu’à 500% estime Fraser. Richard Fisher de Alexandre Mann estime lui que les traders expérimentés se situent entre 600 et 900K€.
Et les perspectives, en ce moment, ne peuvent pas être meilleures. Beaucoup de banques recrutent activement en trading de produits de taux exotiques, notamment la plupart des grands établissements mais aussi Royal Bank of Scotland et Barclays, tandis que le salaire en pourcentage des bénéfices augmente. Melkonian évalue ce niveau à 6-8% cette année contre 4-5% l’année dernière. Et cela pourrait ne même pas suffire à certains traders.
La pénurie relative de talents chevronnés sur un marché en croissance et en perpétuelle évolution devrait engendrer pas mal de transferts de traders entre le 1er et le 2nd semestre 2005 prévoit-il’.
En un mot, il est toujours temps pour ceux qui ne font pas encore la différence entre les structures path dependent et les scructures callables d’approfondir cette matière.

Chiffres et commentaire par recherche RJF Global Search, Napier Scott and Alexander Mann

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici