☰ Menu eFinancialCareers

Les banquiers français à Londres vivement conseillés de se défendre et de défendre la finance. Les banquiers français en France avertis qu’il n’y a pas de travail à Londres

Francois Hollande, clapping

François Hollande ne s’est peut-être pas assuré la victoire définitive qu’il aurait aimé obtenir au premier tour, mais a relégué Sarkozy à la deuxième place du premier tour, une première pour un président sortant, selon Reuters.

Dans ces circonstances, considérant qu’Hollande a déclaré son désamour envers les banquiers et son intention d’imposer un taux d’imposition de 75 % sur les revenus supérieurs à un million d’euros, les banquiers français ont des raisons d’être un peu inquiets.

Un avocat français basé à Londres, affirme que la fraternité des banquiers français de la City, à Londres, doit se défendre.

« Les banquiers français doivent se défendre un peu plus », dit Jérôme Lussan, fondateur du consultant pour hedge funds Laven Partners. « Il est très simple pour des politiciens comme Hollande de porter leur attention sur un très petit pourcentage de la population et de désigner le monde sans visage des services financiers comme étant l’ennemi, mais les banquiers doivent prouver qu’ils restent humains et qu’ils ne ressemblent en rien au portrait qui est fait d’eux. Ce sont de bonnes personnes qui créent des emplois et de la richesse pour une très large majorité. Diaboliser le secteur financier n’aide personne, et surtout pas l’économie française.»

Pour la première fois cette année, des citoyens français vivant à l’étranger pourront obtenir des sièges à l’Assemblée nationale. Lussan est candidat en tant qu’indépendant pour l’Europe du Nord. Il n’est pas le seul professionnel issu des services financiers à en faire autant. Aux États-Unis, le gérant de hedge fund Julien Balkany fait la même chose.

La possibilité pour les expatriés français d’élire leurs propres politiciens pourrait s’avérer être toutefois une arme à double tranchant. La représentation démocratique mène généralement à la taxation. Plus tôt dans cette campagne, Sarkozy a suggéré de prélever un impôt sur les revenus nationaux des Français, quel que soit l’endroit où ils vivent.

Lussan prédit que cela sera mis en application, peu importe qui est élu. « Mon sentiment est qu’il y aura davantage d’imposition et il y aura une taxation des expatriés français. Nous avons des clients qui en réaction à cela envisagent de prendre la nationalité canadienne ou néo-zélandaise », dit-il.

Un chasseur de têtes français travaillant à Londres nous a dit qu’il n’a pas assisté pour autant à une hausse sensible des financiers français à Londres, à la suite de l’annonce de l’éventuelle hausse des impôts en France (peut-être pour la raison précise que ces taxes seraient mondiales). Il se plaint toutefois d’être « spammé » par des politiciens français essayant d’obtenir son vote.

« J’ai été bombardé d’e-mails en provenance des candidats français toute au long de la semaine dernière », dit-il. Un e-mail reçu de la part de Marine Le Pen dit la chose suivante :

« Chers compatriotes, je sais que dans votre vie quotidienne, vous n’êtes pas toujours directement concernés par les enjeux de cette élection présidentielle : immigration, insécurité, chômage, pauvreté, dette. »

Les banquiers français qui décident de quitter la France et de changer de nationalité devraient éviter Londres. « Il n’y a pas de travail ici », prévient le chasseur de têtes.

Lussan explique que la France devrait essayer de convaincre les banquiers londoniens de revenir à la maison : « Nous devons ramener ces talentueuses personnes, des gens qui ont reçu leur éducation dans les meilleures écoles françaises, et arrêter de les taper sur la tête à longueur de temps » suggère-t-il.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici