☰ Menu eFinancialCareers

Menaces sur les banquiers français travaillant dans les paradis fiscaux ?

Les banques françaises ont pris la décision d’engager la fermeture de leurs filiales et de leurs succursales dans les paradis fiscaux qui resteront sur la liste dite grise de l’OCDE en mars 2010 , a déclaré François Pérol, vice-président de la Fédération bancaire française et président du directoire de la BPCE, à l’issue d’une réunion entre l’Élysée et les dirigeants des principales banques françaises (AFP).

Attendue à la suite du sommet du G20 de Pittsburgh, cette mesure devient donc officielle. BNP Paribas avait déjà pris les devants quelques jours plus tôt. Au total, une demi-douzaine de filiales du groupe bancaire devraient fermer , avait alors précisé son directeur général Baudouin Prot (Europe1).

BNP Paribas va ainsi se désengager du Panama et des Bahamas, les deux seuls pays de la liste grise de l’OCDE où elle possédait des implantations pour lesquelles elle n’avait pas de stratégies particulières. L’ensemble des activités de la banque dans les territoires assimilés à des paradis fiscaux représentent moins de 3 % des résultats du groupe , précise un porte-parole de la banque.

Impact limité

Annoncer qu’elle ferme ses filiales dans les territoires de la liste grise est un coup de communication qui ne coûte pas grand-chose à BNP Paribas , note Yann Louvel, chargé de campagne Responsabilité des acteurs financiers, spécialisé sur la finance privée au sein de l’association Les Amis de la Terre (La Croix).

Le secteur financier se révèle pourtant être le plus engagé dans les paradis fiscaux, d’après une enquête réalisée par Alternatives Économiques. À elles seules, BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale disposeraient de 361 entités offshore. Si on ajoute Banques Populaires, Dexia et la Banque Postale (présente au Luxembourg), on atteint un total de 467 entreprises.

Ceci dit, les banquiers français en poste en Suisse, en Belgique, au Luxembourg, en Autriche, à Monaco, aux Bermudes, dans les Îles Vierges britanniques ou les îles Caïmans ne sont pas directement menacés, puisque tous ces pays sont récemment sortis de la liste grise de l’OCDE pour intégrer la liste blanche.


Banques : un appétit varié pour les paradis fiscaux (nombre de filiales)

GRS

Source : Alternatives Économiques

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici