☰ Menu eFinancialCareers

Nomura offre une porte de sortie aux salariés européens de Lehman

Une pierre, deux coups ! Après avoir repris lundi la totalité des actifs de Lehman Brothers en Asie-Pacifique, promettant un job aux 3000employés de la banque dans la région, la Banque Nomura a récidivé hier, en annonçant le rachat des activités courtage et banque d’investissement de Lehman Brothers en Europe et au Moyen-Orient (AFP).

Les 150 banquiers parisiens de ce qui fut la 4e banque d’affaires de Wall Street ont été rassurés par le message envoyé par le premier courtier japonais. Une proportion significative des quelque 2500salariés des activités rachetées en Europe conserveront leur emploi, a indiqué Nomura Holdings. C’est une très bonne nouvelle, se réjouissait hier Jérôme Calvet, le patron de la banque d’investissement de Lehman en France.

Concrètement, l’accord, qui exclut la gestion d’actifs (activité non concernée par la faillite), englobe toutes les autres activités de Lehman sur Paris : les cinquante personnes dans les activités de banque d’investissement, dont trente en front, tous employés par Banque Lehman Brothers ainsi que la soixantaine de collaborateurs de la succursale en charge des marchés de capitaux. Les recoupements avec Nomura à Paris devraient être minimes, ce dernier étant surtout présent sur la vente d’actions et d’obligations japonaises, et dans le financement , indique L’Agefi.

Les front-officers parisiens de Lehman suscitent l’appétit des chasseurs

Toutefois, il y a des chances que Nomura, qui n’a pas une grande présence physique à Paris, veuille transférer les équipes de la succursale sur Londres , anticipe Domitille Lamouroux, associée du cabinet de conseil en ressources humaines spécialisé Alchimie Conseil. Pour les activités de banque d’investissement, les fonctions support sont certainement plus à risque que les postes de front-office. Je ne me fais aucune inquiétude pour eux, l’équipe a une très bonne réputation et une forte capacité d’adaptation. Ils ne se précipitent pas pour chercher un nouveau job. Ce sont plutôt les banques concurrentes qui cherchent aujourd’hui à rentrer en contact avec eux , observe cette consultante. Les chasseurs anglo-saxons seraient également très actifs.

Quelques stars de chez Lehman Brothers n’ont pas mis longtemps à retrouver un job. Je connais l’exemple d’un trader qui est passé chez Goldman Sachs le lundi après-midi, le jour même de l’annonce de la faillite , nous a indiqué un autre chasseur de têtes parisien, qui a souhaité garder l’anonymat. Seule concession que ces salariés seraient amenés à faire – surtout s’ils restent en France – serait leur niveau de rémunération, plus proche aujourd’hui de celui de Londres que de Paris.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici