☰ Menu eFinancialCareers

Tous chez BNP Paribas ?

BNP Paribas a démontré après trois trimestres de crise qu’elle était l’une des banques les moins exposées, ce qui se traduit par une résistance de nos résultats meilleure que celle de nos principaux concurrents européens , se réjouissait la semaine dernière Baudouin Prot (Les Échos). La banque, il est vrai, a su tirer son épingle du jeu et a gagné en prestige, notamment auprès des professionnels du secteur. Serait-elle pour autant devenue la Goldman Sachs des banques françaises ?

Elle a, en tout cas, prouvé qu’elle pouvait débaucher des talents chez ses concurrentes. Benjamin Jacquard en est le dernier exemple. Ce responsable mondial des marchés de crédits structurés chez Calyon vient d’accepter un poste similaire chez BNP Paribas (risk.net). Au début de l’année, c’était Stéphane Berthet, en charge du trading des dérivés actions pour le compte de hedge funds chez Société Générale, qui avait été débauché.

La marque BNP Paribas attire les candidats

Il y a dix ans, Société Générale était LA référence, loin devant BNP. Les employés de la SG ne voulaient pas bouger, certains d’entre eux faisaient un vrai complexe de supériorité , commente un chasseur de têtes qui a souhaité garder l’anonymat. Aujourd’hui, la donne a changé, les subprimes et surtout l’affaire Kerviel sont passés par là. Sans compter que les autres rivales, Calyon et Natixis, ne sont plus en mesure d’être des challengers sérieux.

BNP Paribas est la banque qui ne suscite pas de refus auprès des candidats, pourtant très frileux actuellement à l’idée de changer de banque. Ils ont le sentiment qu’il y a là une quasi-garantie de ne pas figurer dans une prochaine charrette , témoigne Thierry Mageux, directeur régional de Robert Half Banque & Assurance.

Cette force d’attractivité ne se dément pas chez les jeunes diplômés. La banque arrive cette année en tête des employeurs préférés des futurs managers, tous secteurs confondus, après avoir été classée 4e l’an passé (Le Figaro).

Une consultante d’un cabinet de chasse modère cet enthousiasme : Tout d’abord, les embauches en BFI ont été gelées. Et, pour chasser beaucoup chez BNP Paribas, je peux dire que les employés sont contents de se voir proposer des opportunités ailleurs, la mobilité interne n’étant pas leur point fort !

commentaires (5)

Comments
  1. On se calme ! La BNPParibas n’est pas si différente des autres. Les salaires sont plutôt bas, les bonus n’ont rien d’affolant. Beaucoup de pression, de travail …
    S’il y a en effet moins d’arrogance qu’à la SG, on ne retrouve pas non plus la même culture d’entreprise.

  2. Tres franco-francais cet article, mettons BNP Paribas en concurrence aupres des candidats avec des americains (ou meme des anglais ou des suisses) et voyons voir ce que ca donne!

    Clavicule

  3. L’arrogeance à la SG, c’est juste en front-office et encore… Et y’a de quoi l’être quand on est dans les leaders mondiaux en IB. Maintenant comme le commentaire de BZH, la fratérnité au sein de la SG est peut etre unique et je trouve l’ambiance très bonne ! BNPP ne me fait pas envie…

  4. Perso on s’en tape que la BNPP ne te fasse pas envie, elle ne recrute pas (si tu lis bien l’article tu verras que les recrutements sont gelés). L’article parle de la bonne resistance de BNPP a la crise actuelle, difficiel de contester ce fait.

    Perso je dirais que vous “étiez” parmi les leaders mondiaux en IB. Votre image a pris un gros coup et on vous souhaite de vous rétablir, mais si ca continue comme ça vous finirez par vous faire racheter par une banque plus saine de budget et d’esprir && (la SG vient de se prendre une amende de 4 Millions ce Vendredi pour l’affaire Kerviel … bravo les leaders mondiaux &&)

  5. Aujourdhui de 06/09/2011, est ce encore le cas?
    Je rigole hahahahaha!!!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici