☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Faites carrière pas la guerre ! Comment durer en banque d’investissement

Les beaux mots et les constats affligeants, dressés à l’occasion de la journée des femmes, ont fait long feu. La réalité contrariante a repris le dessus. Attendre un an pour s’autoriser à en reparler est plus que navrant. Aussi, je voudrais saisir la perche tendue par l’article posté sur ce site le 8 mars dernier qui s’appliquait, à juste titre, à donner des raisons d’espérer , et apporter aux femmes des conseils concrets. Les lecteurs masculins, par chance, y trouveront aussi, je l’espère, des conseils utiles pour leur carrière.

J’ai passé au total 12 ans en salle de marché, univers masculin par excellence. À 28 ans, je dirigeais un groupe de 15 personnes. Un départ plutôt fulgurant, puis les choses se sont tassées, et comme de nombreuses femmes dans ce milieu, je ne suis pas parvenue à poursuivre cette ascension au sein de la banque. Je n’ai absolument aucun regret, je suis partie car je n’étais plus en accord avec les décisions de ma direction. Ce qui m’a permis de me lancer dans un projet entrepreunerial passionnant.

Je suis cependant convaincue que la réussite professionnelle des femmes n’est pas conditionnée au fait de devoir quitter la banque, même si nombreuses ont choisi cette voie.

Aussi, très modestement, j’aimerais apporter à celles qui veulent poursuivre leur ascension dans la banque quelques conseils, dont certains m’ont aidé personnellement et d’autres m’ont manqué pour prendre les bonnes décisions.

1) Savoir pourquoi vous avez décidé de travailler en banque d’investissement. L’argent, la gloire, la reconnaissance personnelle, l’intérêt intellectuel, le renouvellement quotidien, l’adrénaline, la compétition ou encore le fait que vous soyez une des rares femmes, sont autant de motivations possibles. Il est important de retrouver un sens dans vos motivations car cela va soutenir votre énergie et vous aider à passer les caps difficiles.

2) Trouvez-vous un mentor : votre responsable, un autre responsable, quelqu’un qui aura intérêt à vous faire gravir les échelons et qui sera là pour vous conseiller et vous éviter certains pièges. À lui, vous pourrez confier vos doutes. Personnellement, cela m’a gêné dans mes progressions de manager d’équipes. J’étais une manager jeune, sans formation, ni expérience, j’aurais pu éviter des erreurs, et après en avoir fait, j’aurais pu trouver un conseil, un soutien tout simplement.

3) Ne réagissez pas trop vite à des provocations, à des emails difficiles. Attention aux traces écrites qui peuvent être fatales. Demandez conseil à votre mentor pour gérer une situation délicate. Attendez avant de répondre.

4) Communiquez clairement sur vos attentes financières, sur vos bonus, bien avant la période de leurs négociations. Sachez demander pour obtenir. L’étalon de mesure, c’est l’argent. Personnellement, je pense avoir mal négocié sur ce point, je suis restée très modeste, trop modeste dans cet univers d’argent.

5) Partez du principe que vous êtes seule dans un monde qui n’attend que votre chute. Pas d’amis possibles. Donc évitez de confier vos doutes, vos états d’âmes autour de vous. Confiez vos succès. Car attention, il est important de rester visible, tout en étant neutre. L’enjeu ? Se cultiver une bonne réputation, ce qui me sert encore dans mon projet entrepreneurial. Évitez d’avoir des ennemis dans des milieux de travail où l’on se retrouve facilement.?

6) Sachez où vous voulez être dans 2/5/10 ans, ce qui permet d’agir chaque jour en conséquence. Le goût d’apprendre et le développement de l’expertise sont nécessaires et utiles pour l’avancement de votre carrière, mais pas suffisants. Après 10 ans de salle de marché, vous devez travailler sur des projets stratégiques qui vous intéressent. Vous devez considérer des missions de développement pour sortir des salles de marché. Vous pouvez évoluer vers des postes parallèles moins contraignants, moins fatiguant.

7) Soignez votre forme, en pratiquant un sport qui permet d’éliminer le stress et vous apporter l’énergie dont vous avez besoin. Vous êtes comme un sportif qui doit s’entraîner pour subir la tension des marchés et savoir décupler son énergie dans des cas de marchés agités. La différence entre les professionnels se fait au niveau de leur capacité de rester en alerte pour identifier les opportunités de marché et y répondre.

8) Restez féminine, pas provocante mais féminine. Évitez les sorties alcool, cela ne vous apportera rien. Où bien allez-y et partez tôt. Évitez de parler mal pour avoir l’air de vous intégrer au milieu masculin : ils vous le reprocheront.

9) Parlez, échangez, soyez curieuse d’apprendre. La moindre rencontre peut vous permettre de vous enrichir et vous ouvrir de nouvelles opportunités auxquelles vous n’auriez pas nécessairement songé. Participez à des sessions de formation, des groupes de travail, qui vous apprendront à naviguer dans des groupes de décision, etc.

10) Et souriez ! C’est votre plus bel atout !



Sophie van Straelen a commencé sa carrière sur le MATIF (marché à terme français) en 1986. Elle devient broker puis responsable d’équipes sur les marchés dérivés listés. Après avoir collaboré pendant 12 ans au sein de grandes banques d’investissement (JP Morgan, Swiss Bank Corp…), elle capitalise sur sa connaissance des hedge funds pour créer en 1999 Asterias, cabinet de conseil auprès des gérants. Dix ans plus tard, elle figure dans le classement du Financial News des 100 femmes les plus influentes de la finance. Sophie commente l’actualité de la gestion sur son blog.

commentaires (3)

Comments
  1. Pour celles qui n’ont pas (encore) de mentor, cet article est un premier pas!

    Merci, Sophie, pour cet article complet et concret.

  2. Bravo ! Merci pour cet article où les conseils me paraissent des plus judicieux.

  3. Les banques d’investissement sont les principaux moteurs du changement économique depuis la fin du premier empire qui consacre le rôle majeur de la famille Rotschild comme principal pourvoyeur de fonds des dynasties européennes, qui vont se le reprocher amèrement avec les vagues successives de révolutions qui secouent l’Europe jusqu’à nos jours.
    Le féminisme qui revendique la place légitime des femmes dans la banque d’investissement entre autres fait partie de ce mouvement révolutionnaire téléguidé et financé par les banquiers globalisé depuis ses origines. Est-ce un hasard si l’extension du domaine de la violence dans la société correspond à celui de l’émancipation de la femme dans la vie professionnelle?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici