☰ Menu eFinancialCareers

La situation des jeunes diplômés s’améliore

Si on comparait les jobs à un bus qu’on attend, il serait tentant de prendre le premier qui se présente pour avoir un bon siège bien placé. Mais la comparaison s’arrête là, car si vous choisissez mal gérer vous pourriez ralentir votre carrière.

N’importe quel job me conviendrait

Commençons par le commencement. Si vous avez passé vos journées à remplir des dossiers de candidature et que vous n’avez reçu aucune réponse, vous serez surpris d’apprendre que d’autres en ont reçues plusieurs. Hélas, pour certains, c’est effectivement le cas.

Nous ciblons tous les meilleurs élèves , explique Kristina Peters, responsable du recrutement jeunes diplômés chez Deutsche Bank, à New York. Dans des écoles de commerce comme Harvard et Wharton, il n’est pas inhabituel pour les étudiants de recevoir quatre à cinq propositions de banques différentes.

Selon Connie Thanasoulis, directeur du recrutement école chez Merrill Lynch, les meilleurs candidats sont très convoités : Cette année la compétition en matière d’embauche est la plus féroce de ces cinq dernières années. Les meilleurs diplômés de deuxième ou troisième cycles recevaient habituellement une ou deux propositions chacun. Ce chiffre est passé à trois ou quatre, certains candidats exceptionnels recevant même sept ou huit propositions de différentes banques.

Attention à la date de péremption

Si vous faites partie des personnes qui ont reçu trois, quatre, sept ou huit propositions, vous pourriez être tenté de repousser au maximum le moment de la décision. Un telle pratique est assez courante. Certains étudiants sont fiers de collectionner les propositions d’embauche , indique Kristina Peters de chez Deutsche. Il s’agit presque de trophées pour eux.

Mais, les accumuler ne vous rendra pas forcément populaire auprès de camarades moins chanceux qui pourraient profiter de l’un de vos désistements. Dans l’intérêt de leurs camarades de promotion, nous encourageons fortement les étudiants à faire leur choix assez rapidement , précise Julie Morton, en charge du service carrières pour le MBA de la Chicago Business School.

Dans des écoles comme Wharton, les étudiants ont interdiction de recevoir plus de quatre propositions d’embauche à la fois.

Si vous attendez trop longtemps, ces opportunités d’embauche pourraient bien vous passer sous le nez. Tous les étudiants ont une date limite pour prendre leur décision , explique Brian Hood, responsable du recrutement jeunes diplômés chez Citigroup, à Londres. Au delà, une proposition d’embauche n’est plus valable.

Les écoles demandent généralement aux banques de donner quelques semaines à leurs étudiants pour prendre leur décision. Nous expliquons que des dates limites trop courtes sont inacceptables , affirme Julie Morton. Si on laissait faire, les banques demanderaient aux étudiants de signer un contrat à la fin des entretiens.

Direct et honnête ou évasif et ambigu?

Si vous jonglez avec plusieurs propositions d’embauche, devez-vous l’annoncer aux banques que vous rencontrer ? Il existe des avantages indéniables à agir de la sorte: si les banques réalisent que vous êtes un candidat très demandé, elles pourraient bien vous proposer une offre plus avantageuse pour vous aider à prendre votre décision. D’un autre côté, recevoir une avalanche de propositions alléchantes pourrait bien vous perturber davantage.

Le meilleur conseil: Faîtes-le savoir aux banques qui se trouvent en tête de votre liste, et laissez les autres dans l’ignorance.

Les banques préfèrent que vous leurs disiez tout. Nous devons être aussi proches que possible des candidats , indique un recruteur de jeunes diplômés. Il est utile de connaître le nom de la banque qui a fait une proposition au candidat. Plus nous avons d’informations, plus nous pouvons aider un candidat à obtenir ce qu’il souhaite.

Délais supplémentaires et flexibilité

Si une banque sait que vous avez reçu plusieurs propositions et que vous ne savez pas laquelle choisir, il se pourrait qu’elle en tienne compte.

Un banquier spécialisé en Equity Capital Markets, chez Dresdner Kleinwort Wasserstein à Londres, avait reçu quatre propositions d’embauche, lorsqu’il était à HEC. Il a expliqué que les banques n’ont pas essayé de faire pression sur lui. Elles lui ont même donné un mois pour prendre sa décision. Au final, elles ne peuvent pas faire grand chose , dit-il. La réponse standard est nous comprenons .

Un jeune diplômé de l’Essec, école concurrente, a expliqué que certaines banques dans lesquelles il avait postulé étaient prêtes à accélérer leur processus de sélection, quand il leur a annoncé qu’il avait déjà reçu des propositions d’établissements concurrents: Cela ne fait jamais mal de dire ce qui se passe.

Quand les banques sont informées de la situation, elles peuvent se montrer très convaincantes. Elles invitent généralement les candidats à rencontrer leurs collègues potentiels, et charge certaines personnes (un ancien de la même école de préférence) de prendre contact régulièrement et d’attirer le candidat dans la banque.

Si le conjoint n’est pas certain de vouloir déménager à New York ou Paris, les banques peuvent alors également déployer leur force de persuasion. Deutsche a parfois aidé le conjoint à trouver un emploi, explique Kristina Peters. Une autre banque expliquait qu’elle avait même proposé d’employer les conjoints.

Connie Thanasoulis précise que Merrill peut rallonger la période de réflexion : nous sommes très flexibles. Si quelqu’un a besoin de plus de temps parce qu’il passe des entretiens dans une autre banque, nous lui accorderons ce délai. Mais nous ne le ferons pas deux fois.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici