☰ Menu eFinancialCareers

500, ce serait le chiffre d’embauches planifiées par SGCIB

Hier, l’information selon laquelle les 4.000 professionnels de la BFI de BNP Paribas pourraient bientôt troquer leurs bureaux du quartier Opéra pour l’entrepôt MacDonald dans l’Est Parisien valait déjà son pesant d’or (agefi.fr). La nouvelle a pourtant largement été éclipsée par une seconde info autrement plus excitante:SG compterait recruter environ 500 personnes sur dix-huit mois dans les activités de marchés, côté front-office, tous métiers confondus, à un niveau global, selon Les Echos.

SG, un recruteur qui s’affiche parmi les plus actifs du moment

500, vous avez bien lu. Les quelques chasseurs que nous avons contactés hier sont restés incrédules. On les comprend, avec ce chiffre, SG se place parmi les recruteurs les plus actifs du moment.

Parmi eux, figure Credit Suisse, qui a annoncé il y a trois semaines vouloir embaucher 130 sales dans sa banque d’investissement cette année Bloomberg. Morgan Stanley, qui avait programmé en août dernier 400 embauches sur les métiers de sales et de trading, a indiqué également début février qu’elle embaucherait plusieurs centaines de traders dans les prochaines années.
De son côté, Nomura a embauché plus de 500 personnes en 2009 et prévoit 300 nouvelles embauches dans les prochains mois uniquement dans les métiers actions, front-office et fonctions support confondus.

Le service presse de SG nous a bien confirmé les 500 embauches, sans plus de commentaires. Ce recrutement représente une hausse de 17% des effectifs du front-office, qui s’élèvent actuellement à environ 3.000 personnes, y compris les anciennes équipes de SGAM-AI, selon Les Echos.

Priorité au fixed income

Personne n’a pu échapper aux bruits provoqués par les ambitions de SG dans les fusions-acquisitions. Selon un chasseur, la banque serait à peine à mi-chemin des 50 à 60 embauches prévues, tous niveaux de seniorité confondus.

Côté marchés, après avoir engagé le rapprochement des équipes actions et dérivés avec celles des produits de taux, la priorité est désormais donnée au développement des métiers du fixed income (taux, changes, matières premières), le groupe souhaitant accélérer le rééquilibrage du modèle, dominé par les actions. Mardi, nous avions déjà souligné les ambitions de SG aux Etats-Unis dans ce domaine, qui planifie 100 embauches cette année. L’Asie est également un terrain privilégié de croissance, notamment sur les matières premières.

SG a de très grosses ambitions de recrutement sur le Forex au niveau global, elle souhaite se développer sur d’autres marchés que l’euro (dollar, livre sterling, grandes devises émergentes…) , nous a également confié un chasseur.

Malaise en interne

De manière générale, SG n’est ni la première ni la seule à avoir des visées sur le fixed income. 2009 a été une excellente année sur les marchés de taux et nombreux sont les établissements à vouloir renforcer leurs équipes de vente, trading et structuration dans ce secteur, y compris sur les produits structurés, relève de son côté, Odile Couvert, fondatrice et managing partner du cabinet de chasse spécialisé Amadeo Executive Search. A Paris, Calyon, Natixis et HSBC (pour sa plate-forme Euro, basée à Paris) seraient actives.

Société Générale qui n’est pas spécialement reconnue pour sa
générosité, notamment en matière de bonus, devra donc jouer serrer pour débaucher les talents. Elle devra concurrencer des Bank of America Merrill Lynch, Citigroup, Morgan Stanley ou encore UBS sur le terrain des rémunérations. Rappelons que cette dernière a mis en place un exceptionnel ratio des rémunérations/ revenus de 81% en 2009 contre 30% pour SG.

Les observateurs les plus critiques voient dans les ambitions affichées de SG un effet d’annonce dans un contexte difficile pour la banque, que ce soit vis-à-vis de l’extérieur qu’en interne, où certains évoquent un grand malaise des équipes. Le PDG Frédéric Oudéa a d’ailleurs concocté un vaste plan de transformation, baptisé Ambition SG 2015 qu’il a présenté aux principaux cadres de la banque (lefigaro.fr).

commentaires (9)

Comments
  1. Et bien, je souhaite bon courage aux futurs embauchés de la SG, cette banque ne paye vraiment pas ses collaborateurs, à moins d’etre dans les petits papiers des top managers, tout est opaque et très politique.

  2. Banque à Eviter selon moi. Hiérarchie Ultra, mentalités très fonctionnaires!

  3. Exactement. Banque à éviter.

  4. C’est un effet d’annonce totalement organiser par la SG pour compenser le gros malaise actuel des equipes de la SG.. beaucoup de staf front office vont se barrer, ce nest qune question de temps. faudra bien les remplacer…

  5. cest tellement facile de cracher ds la soupe. Que ceux qui ne sont pas content et s’estiment sous payés aillent voir allieurs s’ils sont si bons et sous exploites
    1 FO SGCIB MARK

  6. SG = salaire de misère, bcp d’heures, ambiance de merde, management au ras des pâquerettes
    la SG c’est bien que pour la cantine

  7. Oui moi j’ai pas de job mais c’est certainement pas à la SG que j’irais meme si on retire les salaires “ridicules” , la mentalité est trop speciale et les RH (je vous en parle meme pas…)

    La SG devrait d’ailleurs se poser des questions quant à leur “reputation” sur le marché de l’emploi…

  8. Pour moi, SG = Tueur d’emploi sur place parisienne

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici