☰ Menu eFinancialCareers

Comment gérer au mieux votre carrière en finance dans la durée

Going up, or going down?

Going up, or going down?

Le Club finance de Reims Management School a organisé mercredi dernier dans ses locaux parisiens une conférence intitulée « Profils financiers & ressources humaines : comment gérer au mieux votre carrière dans la durée ? », dont l’objectif était de fournir aux profils financiers un éclairage sur les bonnes pratiques à adopter pour piloter au mieux leur carrière.

L’animateur du club, Antonin Chauvière, ingénieur d’affaires au sein du cabinet de conseil et intégrateur spécialiste du pilotage de la performance financière Klee Performance, a donc demandé aux responsables RH et chasseurs de têtes spécialisés dans les services financiers qui étaient présents de donner des conseils afin de gérer au mieux sa carrière dans la durée. En voici un compte-rendu succinct.

Penser à moyen et long terme

« Il faut penser sur le long terme : la durée de vie active s’est allongée et s’allongera sans doute encore », explique un ancien chasseur de têtes, désormais responsable RH, qui indique que l’appel d’un cabinet de chasse est toujours tentant pour un candidat mais que ce dernier doit peser le pour et le contre d’un changement de société.

Un conseil qui vaut particulièrement pour les individus de la génération Y qui ont tendance à zapper facilement d’un emploi à l’autre. « Dans un contexte tendu comme celui d’aujourd’hui, il convient d’être encore être plus fidèle à son employeur que par le passé. Des candidats qui quittent leur entreprise pour un oui ou pour un non, ce n’est pas ce que les recruteurs recherchent ! », prévient-il.

« Il est important d’avoir une vision à moyen et long terme, confirme Cécile Gourdon, responsable gestion de carrières des profils financiers de la SNCF. Ceci dit, nous nous adaptons à la demande : un candidat qui ne veut pas s’engager sur long terme se verra proposer un job au lieu d’un parcours ».

La technique financière n’est pas tout

« Il existe d’excellents techniciens financiers à qui il manque des soft-skills : communication, leadership, management… », regrette un responsable RH, qui reconnaît que les pires managers qu’il a croisé étaient des profils financiers. « Les financiers ont parfois du mal à se vendre », confirme Agathe Bienaymé, manager chez Adecco Experts, cette chasseuse de têtes spécialisée en finance, comptabilité et gestion s’étant jadis occupée de profils commerciaux.

« La première qualité pour faire carrière, c’est de performer au sein d’une équipe, explique Cécile Gourdon. Au delà de la technique, il faut des compétences comportementales et surtout être capable de les actionner au bon moment en fonction du public : management, clients, collègues… » D’après elle, pour faire carrière au sein d’un groupe, il faut en connaître les codes, ce qui nécessite un temps d’observation et de compréhension. « Au cours d’une carrière, il faut consacrer du temps à son développement : un réseau ça se construit. Il faut y inclure les Ressources Humaines qui, si elles ne sont pas des “faiseurs de carrière”, restent des accompagnateurs et des sources d’informations sur les codes de l’entreprise », précise-t-elle.

Avant d’ajouter : « Dans un parcours professionnel, il existe quelques moments cruciaux très structurants qu’il convient d’anticiper et de gérer avec attention ». C’est le cas par exemple au bout de 6 à 7 ans d’expérience, qui est une période qui reste ouverte en terme de choix professionnel. Par contre, au bout d’une quinzaine d’années d’expérience, il faut se spécialiser, que ce soit un vrai choix lisible sur votre CV.

CV, lettre de motivation, entretien

Les intervenants ont rappelé quelques conseils de bon sens trop souvent oubliés par les candidats. Des pièges basiques sont à éviter, comme par exemple faire figurer sa photo dans son CV : « La photo dessert plus souvent un candidat qu’elle ne le sert. Mieux vaut donc s’abstenir d’en ajouter une », conseille Agathe Bienaymé. Toujours dans votre CV, « n’hésitez pas à développer l’identité d’une entreprise pour laquelle vous avez travaillé si elle n’est pas très connue », conseille Thomas Corcoral, associé chez Proway Executive Search qui recommande de développer dans les détails vos expériences. « Après tout, le CV d’un directeur financier peut très bien faire deux pages ». Ce chasseur de têtes spécialisé dans la finance d’entreprise et à qui il arrive de travailler pour des family offices et des fonds d’investissements apprécie qu’un CV lui parvienne par la poste. C’est selon lui « un moyen de se distinguer parmi 200 CV reçus par courrier électronique ».

Si pour certains le CV est primordial, pour d’autres ce serait plutôt la lettre de motivation. « En tant que recruteur final, j’y accorde beaucoup d’importance. Je n’apprécie pas les candidats qui disent avoir envoyé des centaines de lettres de candidatures, mais ceux qui se sont renseignés précisément sur une entreprise en particulier. Il est plus que jamais nécessaire de montrer que vous êtes un candidat unique ! », explique un responsable RH, qui insiste également sur les références professionnelles. « Etant donné que des études montrent qu’un tiers des candidats mentent sur leur CV, je n’hésite pas à vérifier les informations. Il faut que les candidats assument leurs parcours et, dans la mesure du possible, essaient de partir en bons termes avec leurs anciens employeurs ».

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici