☰ Menu eFinancialCareers

Secteurs décryptés – Gestion de fonds et Conseil en stratégie de placements

La gestion de fonds, c’est investir l’argent des autres et tirer une rémunération de ce privilège – qu’il s’agisse du citoyen lambda ou de grosses institutions comme des fonds de pensions. Les gestionnaires de fonds (aussi connu comme gérants d’actifs) relèvent de deux camps : les gestionnaires de fonds actifs et les gestionnaires de fonds passifs. Les actifs utilisent leurs compétences pour battre la croissance moyenne du marché et prennent souvent de gros risques pour de plus grosses récompenses.

En comparaison, la gestion passive, ou suivi d’indice, consiste à choisir un portefeuille d’actifs dont la valeur correspond à celle d’un index financier – comme le FTSE 100 au Royaume-Uni, Eurostoxx 50 dans la zone euro, le Dow Jones Industrial Average aux Etats-Unis et le Hang Seng Index à Hong Kong. Créer simplement un retour qui correspond au marché est connu comme générer des probabilités. L’éventail de gestionnaires de fonds et les stratégies de gestionnaires de fonds est immense et peut être source de confusion. Les administrateurs des fonds de pension (qui ne sont généralement pas des professionnels de la finance) et d’autres fiduciaires ont recours à des conseillers en placements pour les aider à atteindre leurs objectifs d’investissement.

Acteurs clés

Les acteurs notables dans le monde du conseil en stratégie de placements sont Tower Watson, Mercer, Hymans Robertson et Aon Hewitt.

Emplois et plans de carrière

Les postes dans l’investissement – Ils concernent la gestion de l’argent à investir par une entreprise de gestion d’actifs. Les personnes aux postes d’investissement sont généralement des analystes qui observe les meilleures entreprises et les meilleurs produits sur lesquels investir, ou des gestionnaires de portefeuille qui sont responsables des décisions d’investissement sur un éventail de fonds dans leur domaine d’expertise, qu’il s’agisse d’actions, de titres à revenu fixe ou des alternatives.

Les postes dans la distribution – Cela couvre les ventes, le marketing, le développement produit et le service au client, et concerne la vente des services des gestionnaires de fonds aux clients.

Les diplômés qui débutent en gestion de fonds commencent au poste d’analyste, qui travaille étroitement avec les gestionnaires de portefeuille, qui visite les sociétés afin d’évaluer le potentiel de leur investissement, et passer au crible les informations d’achat et de vente et les rapports de l’entreprises.

Pour la banque d’investissement, il y a tout un éventail d’emplois en middle-office dans la gestion de fonds, dans des domaines comme la conformité, la technologie, les opérations, la mesure de la performance et la gestion du risque. Les postes les mieux payés se trouvent en investissement et en distribution. Si vous voulez travailler en conseil d’investissement, il y a deux sphères clés – l’allocation d’actifs et la sélection de fonds.

Les professionnels de l’allocation d’actifs conseillent les clients sur quelles actions, obligations ou autres produits financiers investir pour qu’ils puissent créer un profit en retour et ainsi payer leurs engagements au titre de la retraite pour les trente prochaines années. Les sélecteurs d’un fonds analysent les gestionnaires du fonds et les interrogent sur leur stratégie d’investissement, puis écrivent des rapports pour les fonds de pensions  sur les forces et les faiblesses de la société.

Salaire et bonus

Les gestionnaires de fonds n’ont pas (encore) ressenti la même que les banques d’investissement à changer leurs pratiques. Dans l’Union européenne, ils ont échappé aux nouvelles règles limitant la partie en cash des bonus, ainsi les grandes lignes de la rémunération n’a globalement pas changé, avec l’accent maintenu sur le paiement des bonus, dépendants des performances des cibles.

Au Royaume-Uni, un gestionnaire de portefeuille junior gagne un salaire de 60k-80k livres (97.6k-130.1k dollars), selon une enquête sur les salaires de Robert Walters, qui grimpe à 130k livres (211.5k dollars) au niveau senior. Les bonus correspondent typiquement à 100% du salaire, voire même souvent plus. En Allemagne, les salaires atteignent 140k euros (197.4k dollars) en haut des postes seniors.

Les gestionnaires de portefeuille actions aux Etats-Unis gagne en moyenne une compensation totale de 850k dollars, selon les chiffres de Greenwich Associés et Johnson Associés, tandis que l’éventail pour le secteur des titres à revenu fixe est de 340k-525k dollars. A Singapour, les salaires des analystes débutent à 60k-100k dollars Singapouriens (48.1k-80.2k dollars) et montent à 190k-350k dollars Singapouriens (152.4k-280k dollars) en fin de cycle senior, suggère Robert Walters.

Compétences recherchées

N’espérer un parcours tranquille en tant que gestionnaire de fonds – vous devrez filtrer avec grande maitrise de grandes quantités de données, et être passionné par l’investigation. Vous serez également fortement évalué sur votre performance : un gestionnaire de fonds nous a dit que c’est « comme être un étudiant passant un examen chaque jour et étant noté, et cette note est publiée chaque jour dans un journal ». « Fournir simplement d’impressionnantes performances en termes d’investissement n’est plus suffisant », dit Rosita Poon, directrice des ressources humaines chez Allianz Global Investors Asir-Pacifique.

« Nous voulons offrir davantage, combiner expertise en gestion d’actifs avec les services professionnels centrés sur le client. Donc tout en haut des exigences standard, ce que nous recherchons chez un candidat est l’intégrité, la passion, le respect dans leur attitudes avec les clients et les uns avec les autres.

« Les qualités plus humaines que nous recherchons sont l’habilité à travailler en équipe et à partager des idées, un goût particulier pour l’excellence ainsi que de fortes et démonstratives compétences en communication », dit Jamies Brookes, responsable monde de la communication de la gestion de l’investissement chez BNY Mellon. « Les compétences en communication sont vitales, pas seulement la cohésion internet mais aussi le développement de relations humaines externes. »

Il est de plus en plus souvent demandé dorénavant aux consultants en investissement de mettre en œuvre le conseil qu’ils proposent, suggère Paul Dean-Williams, consultant senior chez Towers Watson. Le résultat est que les compétences requises deviennent plus larges – pas juste un haut niveau en calcul, mais aussi une forte compétence à vous mettre en lien avec les clients. « Tout le monde n’est pas fait pour un consultant en première ligne, qui demande de fortes capacités interpersonnelles, mais comme ces business se sont développés, une plus grande variété de postes a été créée de l’analytique au processus en passant par les emplois liés à la conformité », conclut-il.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici