☰ Menu eFinancialCareers

Secteurs décryptés – Fusions et Acquisitions

A cause de sa réputation de partie glamour du domaine de la banque d’investissement, les fusions et acquisitions (M&A) sont l’un des secteurs les plus difficiles à accéder. Les équipes de M&A dans les banques d’investissements conseillent les sociétés clientes sur les fusions (quand deux compagnies entrent à parts égales) et les acquisitions (quand une entreprise prend une participation ou la totalité du capital d’une autre). Les grosses banques d’investissement ne peuvent prendre part à des transactions valant au moins 100 millions de dollars. Au mieux, les opérations peuvent valoir des milliards. Une carrière en M&A exige un engagement considérable. Les banquiers en M&A conseillent leurs clients à des moments stressants et d’importance critique dans la vie d’une société, donc doivent se rendre disponibles dès que le client a besoin d’eux. Les banquiers junior travaillent de longues heures et peuvent s’attendre à travailler tard le soir si nécessaire. «Le M&A est lourdement quantitatif – ainsi même si vous devez avoir un diplôme en économie ou en mathématiques, vous devez également être un très bon penseur quantitatif », dit K. Don Cornwell, directeur général de la division banque d’investissement chez Morgan Stanley.

Acteurs clés

Les grosses banques d’investissement américaines dominent le classement 2010 des conseils. L’acteur européen le mieux classé était Crédit Suisse.

 

Emplois et plans de carrière

Il une route bien tracée pour arriver en haut de l’échelle en M&A. Vous débutez à un niveau d’analyste durant trois ans, progressez au rang d’associé pendant trois ans, puis vice-président, directeur et directeur général, les titres des postes pouvant varier. Au sein de chaque poste vous avez une chance de vous concentrer sur des secteurs comme la consommation, les finances, le pétrole et l’essence ou les médias et la communication. Plus vous serez senior dans le milieu de la banque M&A, le plus vous vous retrouverez face à face avec les clients. A un niveau junior, vous pourrez assister à des réunions clients avec les banquiers seniors mais principalement vous serez concentrés sur la modélisation financière et la recherche afin de rédiger l’argumentaire de vente – le document que l’entreprise utilise pour donner un aperçu des compagnies que le client doit acheter ou vendre. En tant qu’analyste, les tâches clés comporteront un travail sur ces présentations des services au client, principalement pour des opérations de M&A, mais occasionnellement aussi pour des entrées en Bourse. Cela consistera surtout à construire un projet financier, évaluer la valorisation d’une entreprise ou de l’évaluer par rapport aux entités similaires. Ce n’est que plus tard que vous vous éloignez des chiffres. La différence clé entre un analyste et un associé est la responsabilité que vous prenez dans les transactions et les projets. Vous aurez davantage de tâches, donc attendez-vous à ce que votre charge de travail s’intensifie.

Salaire et bonus

La plupart des banques ont répercuté les pressions régulatrices sur les bonus en augmentant les salaires de base, et ont altéré la structure des rémunérations variables pour inclure ces reports et une proportion plus grande payée en actions. Cela se ressent dans les chiffres ci-dessous, ainsi que dans les rémunérations des autres sphères de la banque d’investissement couvertes dans les autres sections de ce guide.

Compétences recherchées

Etant donné que vous travaillerez sur des modèles financiers complexes pour valoriser une entreprise, et constituerez des présentations aux clients, des compétences analytiques et numériques sont essentielles. Les secondes langues sont appréciées pour travailler avec des clients étrangers, tout comme l’endurance et le souci du détail.

« Alors qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme en finance ou en mathématiques, on attend de vous des compétences top niveau en analytique et en numérique, qui sont requises pour les exercices de valorisation et de modélisation financière qui peuvent constituer la base du dossier du client », explique Jasper van Balen, analyste programme manager en banque internationale chez RBS à Londres. La plupart des tâches d’un analyste sont concentrées autour de la modélisation financière, mais quand vous devenez davantage senior, ces qualités techniques doivent être combinées avec des compétences plus humaines (les soft skills).

« En plus des qualités techniques et financières, les meilleurs banquiers en M&A sont aussi à la fois avocat et psychanalyste, dit Jason Morris, directeur exécutif, responsable de l’Asie du Sud-est chez Nomura. Cela combine est une excellente connaissance des régulations locales sur chaque marché avec une habilité tactique à développer une stratégie d’ensemble pour l’opération basée sur les dynamiques, les motivations et les considérations culturelles de tous les parties prenantes. L’accent est également mis sur les qualités de négociation pour assurer le meilleur résultat à votre client. »

« L’attention portée au client, une éthique impeccable et un esprit d’équipe sont vitaux. Former des équipes avec des individualités ayant une expérience et des acquis divers ne peuvent qu’aider à mieux servir le client », ajoute Celine Desaedeleer, directrice exécutif de la division banque d’investissement chez Goldman Sachs.

Vous avez également besoin d’avoir l’esprit d’initiative, et d’avoir une longueur d’avance en anticipant le prochain mouvement approprié. Vous ne serez pas toujours guidé au jour le jour sur ce que vous êtes supposé de faire, ajoute Cornwell de chez Morgan Stanley. « Il nous est souvent demandé de faire des analyses avec des informations ou des apports limités. Etre créatif durant le processus de modélisation financière est important », dit-elle.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici