☰ Menu eFinancialCareers

Le secteur du restructuring lorgne sur les banquiers d’affaires

En temps de crise économique, les activités de corporate restructuring sont particulièrement plébiscitées. Ces services liés à la restructuration des entreprises sont une aide précieuse pour les entrepreneurs souhaitant recentrer leur activité, faire le bilan de leurs investissements et prendre les bonnes décisions , rappelle Philippe Slendzak, associé chez Mazars. Pour ce faire, les départements restructuring des grands cabinets d’audit recrutent des spécialistes du capital investissement, de l’audit mais aussi… de la banque d’investissement.

C’est encore plus vrai lorsque c’est la banque elle-même qui lance son propre département restructuring, auquel cas les recrutements ont alors surtout lieu en interne, comme cela a été le cas pour BNP Paribas lors du lancement de sa nouvelle activité Distressed Finance Group en septembre dernier. Calyon et Natixis se sont, elles aussi, récemment développées sur le segment, tandis que Lazard et Rothschild, présents depuis plus longtemps, n’ont jamais autant mis en avant leur département restructuring.

Un bon carnet d’adresses fait toute la différence

Confrontés à un ralentissement sur certaines de leurs activités – comme les M&A, le financement et le refinancement -, les banquiers peuvent voir dans le restructuring un marché plus porteur où la concurrence serait moins forte. Mais il ne faut point s’y tromper : seuls les meilleurs d’entre eux, avec un solide carnet d’adresses, une forte expérience dans la négociation et des connexions dans l’univers du private equity et autres fonds d’investissements, feront l’affaire.

Mais pour attirer la perle rare, encore faut-il attendre que certaines barrières psychologiques tombent. En effet, un responsable du contrôle de gestion d’une grande banque n’a pas forcément le réflexe de postuler à un poste de consulting en restructuring , explique Thierry Carlier-Lacour, directeur associé au sein du cabinet de recrutement Humblot Grant Alexander. Les choses pourraient néanmoins évoluer rapidement, du fait d’un resserrement de l’écart salarial entre les spécialistes de la BFI d’un côté et de la restructuration de dettes de l’autre, suite notamment à la fonte des bonus de fin d’année.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici