☰ Menu eFinancialCareers

Natixis rejoint le club des banques qui suppriment des postes en BFI

Natixis

C’était la dernière des grandes banques d’investissement françaises à ne pas avoir communiqué sur des suppressions de postes. C’est désormais chose faite puisqu’une porte-parole de banque a déclaré à Reuters qu’il était prévu de supprimer 127 postes dans sa BFI en France et 150 postes à l’international, confirmant des informations venant des syndicats à l’issue du comité central d’entreprise (CCE) qui se tenait vendredi 13 janvier.

Ce plan d’ajustement, qui intervient dans le cadre des mesures d’adaptation des activités de la banque face à la crise, ne prévoit pas de licenciements secs parmi les 2 815 personnes qui travaillent dans l’Hexagone, mais des départs “naturels” et des reclassements internes, la porte-parole de Natixis évoquant “75 transferts de personnes”. Les ajustements de personnes se feront donc principalement hors de France, ce qui n’est guère rassurant pour les quelques 1 585 employés basés à l’étranger qui représentent tout de même 36% des effectifs de la filiale de BPCE.

Gel des embauches

Il y a des activités qu’on veut développer, il y en a qu’on veut réduire“, poursuit la porte-parole de l’établissement. Aucun détail n’a été fourni sur les activités qui seront affectées par ces suppressions de postes, mais comme pour les autres banques, on peut déjà affirmer que les activités de marché et les fonctions support seront les plus touchées. Une source interne à la banque, citée par L’Agefi, parle de 30 postes supprimés sur le back-office. “Pas sûr que Natixis ne conserve à terme toutes ses activités de financement“, confie pour sa part un chasseur de têtes spécialisé dans la finance.

En parallèle, une quinzaine de postes devraient être créés dans les activités de fixed income. Mais La CGT, qui cite la direction de la banque, indique que Natixis entend geler les embauches en 2012, voire en 2013, tant que les reclassements ne sont pas effectués. Plus généralement, les syndicats déplorent le manque de clarté dans le plan d’ajustement des postes présenté par la banque. “Le dossier reste très incomplet et confus et ne correspond pas à ce que les élus sont en droit d’exiger, insiste la CGT dans un tract. Ces mesures visent à mettre la pression sur les salariés d’autant plus que personne n’est optimiste sur l’évolution de la situation économique“.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici