☰ Menu eFinancialCareers

L’intérim, mode de recrutement privilégié des banques françaises ?

« Dans l’environnement actuel, il est difficile pour les entreprises d’anticiper leurs besoins en recrutement sur le long terme, explique Fabrice Coudray, directeur de Robert Half Finance & Comptabilité. En faisant appel à des professionnels intérimaires hautement qualifiés, elles peuvent maintenir un bon niveau de productivité, sans avoir à s’engager sur des CDI tant qu’elles n’ont pas l’assurance de pouvoir maintenir les postes considérés ».

« Les banques nous ont confirmé qu’elles avaient davantage recours à l’intérim plutôt qu’aux CDI », avance Alain Mlanao, Managing Director de Walters People (ex-Walters Interim) spécialisé dans l’intérim expert sur les secteurs comptable et financier mais aussi assurance, banque de détail, banque d’investissement, banque de financement, assistanat et immobilier.

La baisse des budgets alloués aux recrutements, la mise en stand-by de projets, le recours accru à la mobilité interne sont autant d’éléments qui ont eu pour effet de réduire significativement le volume des embauches en CDI. Parce que cela leur permet de mieux contrôler leurs coûts, les banques favorisent actuellement les recrutements par voie d’intérim. Ce qui, soit dit en passant, ne les empêche pas de se montrer tout aussi tatillonnes. « Comme pour les CDI, nous constatons un allongement des processus de recrutements de la part de nos clients qui, dans un souci de survalidation, n’hésitent plus à faire passer jusqu’à 5 entretiens pour un poste. Dans ce cas, je recommande aux candidats de savoir faire preuve de beaucoup de patience », explique Alain Mlanao.

Un choix parfois délibéré

Outre les conditions de marché actuelles, d’autres facteurs, plus structurels, favorisent ce mode de recrutement. Ainsi, l’arrivée sur le marché du travail de la Génération Y, dont l’idéal professionnel est de passer d’un métier à l’autre, et non plus gravir les échelons, joue un rôle non négligeable, certains candidats faisant même le choix délibéré d’enchaîner les contrats par intérim, choisissant ainsi leurs missions, leur patron et les dates de leurs congés.

Pour les candidats, l’intérim est également l’occasion de nouer de nouveaux contacts pour le futur et d’améliorer leur employabilité sans perdre leur pratique et leur technicité. « Quand une entreprise doit recruter, elle commence par concentrer ses recherches sur les collaborateurs recrutés en intérim. En effet, l’entreprise a suffisamment de recul pour évaluer l’adéquation du poste au profil et aux motivations du candidat qui a déjà travaillé en son sein », poursuit Fabrice Coudray.

Sans oublier les incitations financières (prime de fin de mission par exemple) qui font qu’au final, la rémunération est souvent plus attrayante. « Enfin, le ministre du Travail Xavier Bertrand a récemment préconisé la création de CDI pour les intérimaires qui disposeraient ainsi d’un statut plus protecteur », relève Alain Mlanao. De quoi rassurer celles et ceux qui sont convaincus que hormis le CDI classique, il n’y a point de salut !

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici