☰ Menu eFinancialCareers

IFRS toujours en vogue, audit interne en berne

Une récente étude de Robert Half révèle que les IFRS demeurent la principale préoccupation pour nombre de directions financières, au détriment de l’audit interne. Dans le même temps, le rôle clé du crédit management semble être à nouveau considéré.

Quelle surprise ! Alors que les normes IAS et IFRS sont sensées être mises en place depuis près de deux ans, elles demeurent en tête des projets 2007 pour plus d’une direction financière sur dix (11%), selon la récente étude menée par Robert Half Management Resources. Les groupes opèrent des ajustements, explique Karine Doukhan, responsable de Robert Half Management Resources. Beaucoup d’entre eux n’ont pas anticipé les conséquences. A présent, il leur faut adapter au mieux les processus à leur activité .

Surchauffe dans les offres d’emploi liées aux IFRS

Les comptables spécialistes des normes 16 et 36, en particulier, font face à une offre de missions extraordinairement élevée, qui frise la surchauffe. Ces spécialistes préfèrent toujours le CDI aux contrats de mission. Si la connaissance du secteur d’activité apparaît primordiale pour bien finaliser les adaptations, la pénurie de candidats pousse les recruteurs à ouvrir leur champ de recherche des profils ayant une connaissance sectorielle moins fine. Les entreprises préfèrent axer sur la technicité que sur la connaissance du secteur , souligne Robert Half.

Cette préoccupation française pour les IFRS met en arrière plan l’audit interne. Seuls 9% des directions financières françaises considèrent ce dernier projet comme prioritaire en 2007 contre une moyenne de 14% pour l’ensemble des entreprises interrogées à l’échelle européenne. Ainsi la France accumule les retards en la matière. L’intérêt pour le contrôle interne s’améliore, estime toutefois Karine Doukhan. Mais il n’est pas prioritaire .

Retournement de tendance positif pour le crédit management

Tôt ou tard, le contrôle interne va préoccuper les directions financières, car les normes IFRS nécessitent plus de traçabilité pour limiter les risques imprévus. Et c’est justement le rôle du contrôle interne. Aussi, l’intérêt pour cette ligne de métier devrait à aller en grandissant à l’image de ce qui se passe en ce moment autour du crédit mangement. Les entreprises ont compris que la gestion du cash constituait le nerf de la guerre , analyse Robert Half. Longtemps boudé, le recrutement de crédit managers s’accélère depuis mi-2006 et il est la première priorité pour 10% des directions d’entreprises en 2007.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici