☰ Menu eFinancialCareers

La sélection des meilleurs MBAs internationaux par les recruteurs

Tout comme le classement Nord américain, la liste Internationale est basée sur l’évaluation par les recruteurs de critères qualitatifs tels que le leadership des étudiants, leur travail en équipe, leurs qualités analytiques et relationnelles ainsi que l’appui des employeurs (la probabilité qu’une personne interrogée continue à recruter les étudiants d’une école et à leur faire des propositions d’embauche dans les deux années à venir.)

Cependant, la liste Internationale et le classement Nord Américain diffèrent sur le mode d’évaluation du “champ d’attraction” d’une école. Dans les classements américains, la cote de l’école est calculée en fonction du nombre de personnes interrogées qui affirment recruter les élèves d’une certaine école. Pour la liste Internationale, la cote d’une école est basée sur le nombre de pays d’origine des différents recruteurs d’une école. Les personnes interrogées certifiant qu’elles ont recruté les élèves d’une école doivent provenir d’au moins quatre pays différents afin que cette école puisse figurer dans la liste Internationale.

Qui se distingue ?

La Liste Internationale comprend 13 écoles des deux classements nord américain, ainsi que huit programmes de MBA européens. La moitié de ces écoles européennes se distinguent tout particulièrement dans ce classement, notamment en raison de la diversité des recruteurs qu’elles attirent. La London Business School, particulièrement appréciée des sociétés de services financiers, a attiré des recruteurs de 15 pays différents selon le sondage, ce qui est plus que toutes les autres écoles. IMD arrive second avec des recruteurs en provenance de 12 pays différents.

Mais la London Business School, IMD à Lausanne en Suisse, HEC à Paris et la Escuela Superior de Administración y Dirección de Empresas (ESADE) à Barcelone ont également totalisé de meilleurs résultats que la plupart des écoles américaines selon ce nouveau critère et d’autres plus spécifiques comme la connaissance et l’expérience internationales des étudiants.

Parmi les Universités américaines présentes dans le classement International, la Sloan School of Management du Massachusetts Institute of Technology occupe la 5ème position, principalement en raison d’une meilleure évaluation de son champ d’attraction. Les personnes interrogées affirmant recruter les étudiants du programme de MBA de Sloan provenaient de neuf pays différents.

La Garvin School de Management International de Thunderbird à Glendale (Arizona) bénéficie de la meilleure réputation de toutes les écoles américaines du sondage pour son enseignement en commerce international. Elle ne se classe pourtant qu’à la huitième place si on tient compte de ce nouveau critère, les recruteurs de Thunderbird provenant seulement de quatre pays différents. De nombreux recruteurs ont cependant indiqué qu’ils avaient l’intention de continuer à visiter Thunderbird et qu’ils étaient susceptibles dans les cinq années à venir d’embaucher des diplômés de cette école.

Une présence grandissante

Même si les programmes de MBA sont un phénomène américain vieux de plus de 100 ans, les universités étrangères se révèlent être des concurrentes de plus en plus menaçantes ces dernières années. De nombreuses écoles de commerce, en particulier européennes, offrent des programmes de MBA condensés sur un an, format très apprécié par certains étudiants. La rapidité du programme leur permet de ne pas quitter le monde professionnel trop longtemps, le coût d’opportunité étant donc beaucoup plus avantageux que dans les programmes traditionnels américains de deux ans.

Certaines écoles américaines s’inquiétaient cette année de voir de futurs candidats aux MBA, d’Asie en particulier, s’intéresser de plus près aux écoles européennes en raison des difficultés rencontrées pour obtenir un visa étudiant et de l’inhospitalité du marché de l’emploi aux Etats-Unis pour les diplômés étrangers.

Lorsqu’il s’agit pour les recruteurs d’évaluer les qualités d’un programme de MBA, la Tuck School de commerce de Dartmouth College est difficile à battre. La première école de commerce du monde s’est classée troisième dans le classement National des écoles Nord Américaines, mais s’est classée première des 19 écoles sur l’évaluation par les recruteurs de qualités telles que le potentiel en leadership et les orientations du travail en équipe. Pourtant, IMD a même réussi dans le classement International à évincer Tuck de la première place en matière d’image de qualité.

La petite école suisse possède de toute évidence de nombreux fans dans le monde de l’entreprise, ce qui lui vaut d’excellents classements en capacité de direction, de pensée stratégique, d’éthique personnelle et d’intégrité.

Selon Pim van Wesel, manager du développement d’affaires en Suisse pour Medtronic Inc, Nous avons besoin de leaders dans le monde des affaires, et ce qui distingue un étudiant d’IMD est une bonne connaissance de soi, et une plus grande expérience de management Ils ont une vraie connaissance de la vie, pas seulement théorique.

Gustavo Melgarejo, autre personne interrogée dans ce sondage, considère que les deux meilleurs atouts des étudiants d’IMD sont leur âge et une plus grande expérience (les étudiants ont en moyenne 30 ans et 7 ans d’expérience professionnelle). Mais M. Melgarejo, directeur financier pays chez Novartis Biosciences Peru S.A. a des doutes sur la concentration sur 10 mois du programme MBA d’IMD. Selon lui, c’est trop court et peut être trop exigeant. Quand les étudiants sont également à la recherche d’un emploi, je ne suis pas sûr qu’ils puissent profiter au mieux de leurs cours.

Langues et travail en équipe

Certaines écoles sont remarquées parce qu’elles encouragent les étudiants à parler plusieurs langues. L’ESADE stipule qu’une partie du programme d’étude du MBA est de connaître deux langues en sortant de l’école, ce qui selon moi devrait être une exigence pour tous les diplômés de MBA dans le monde affirme James Dress, personne interrogée dans le sondage et gérant de marque pour Grupo Panrico, société alimentaire à Barcelone.

Les recruteurs ont également donné de bonnes notes à l’école espagnole pour la capacité des étudiants à bien travailler en équipe, leur bonne adaptation au monde de l’entreprise, leur éthique personnelle et leur intégrité. Ils l’ont classée première pour la satisfaction générale à répondre à leurs besoins.

En revanche, les autres écoles Européennes (l’Instituto de Empresa, à Madrid; l’IESE, à Barcelone; la Rotterdam School of Management, aux Pays Bas; et l’INSEAD, à Fontainebleau, France) sont toutes arrivées dans la seconde moitié du classement International. Les recruteurs sont particulièrement sévères dans leur évaluation de l’INSEAD. Bien qu’elle ait une portée internationale (les recruteurs de 11 pays ont cité dans le sondage l’INSEAD comme une de leurs écoles cibles), l’INSEAD a reçu les plus mauvais résultat en matière de satisfaction générale à répondre à leurs besoins.

Les recruteurs reprochent aux étudiants de l’INSEAD d’avoir peu d’expérience professionnelle et une attitude arrogante. “Il y a trop d’étudiants, c’est un peu comme une usine à MBA” se plaint une personne interrogée tandis qu’une autre affirme que le programme de MBA est trop court et manque de profondeur .

M. Alsop, un éditeur au Wall Street Journal et auteur du nouveau livre “The 18 Immutable Laws of Corporate Reputation,” a contribué à ce rapport. Contactez-le avec vos questions à propos de “The Wall Street Journal Guide to Business Schools – Recruiters’ Top Picks,” sur le panel de discussion de CareerJournal.

Copyright (c) 2004 CareerJournalEurope.com

All Rights Reserved.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici