☰ Menu eFinancialCareers

Le capital investissement, un monde de machos ?

Where to work if you want to do this

Where to work if you want to do this

On savait que le trading était un univers principalement composé d’hommes. Dans les salles de marchés que j’ai fréquentées et dans celles que j’ai dirigées, il y a peu de femmes. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi. Pendant longtemps, les seules femmes qu’on y voyait étaient des petites mains… Le trading est un univers de machos , reconnaît l’ancien banquier d’affaires Marc Fiorentino dans son livre Un trader ne meurt jamais.

On savait moins que le capital investissement était lui aussi un monde de machos . C’est en tout cas ce que laissent à penser les résultats d’une étude sur la mixité dans les métiers du capital investissement réalisée par Deloitte auprès des investisseurs membres de l’Association Française des Investisseurs en Capital (AFIC).

Ainsi, plus l’on monte dans la hiérarchie, plus la présence féminine se raréfie. Les fonctions supports sont beaucoup plus féminisées que les équipes d’investissement : 70% des femmes occupent des fonctions support quand 17 % des femmes composent les équipes d’investissement. Et 90 % des effectifs au grade Partner et membre du directoire ou comité exécutif sont des hommes.

La mixité, un vain mot ?

Difficile pour une femme de gravir les échelons du private equity. Pour preuve, 12 % de chargées d’affaires et analystes femmes ont été promues directeurs de participations, contre 20 % pour les hommes. De même, 5 % des femmes directrices de participations ont été promues partners à comparer à 11 % pour les hommes. Ce n’est guère mieux au niveau du recrutement externe : tandis que les femmes représentent un tiers des recrutements, uniquement 7 % sont recrutées au poste de directrices de participation.

Dans un environnement où la cooptation est un mode de recrutement important dans la profession (87 %), la mixité n’est pas un objectif de management RH suffisamment marqué au sein des sociétés de gestion. Si les chiffres de l’étude Deloitte montrent que la mixité dans le capital investissement est globalement en ligne avec ce qui s’observe dans les métiers de la finance en France et à l’étranger, le nombre de femmes reste faible et notre ambition est d’engager un mouvement vers plus de mixité à tous les niveaux hiérarchiques et pour ce faire, sensibiliser en ce sens l’ensemble des parties prenantes : hommes et femmes, candidates, recruteurs et dirigeants de nos sociétés de gestion , déclare Sophie Paturle, présidente du Club AFIC avec Elles lancé en septembre dernier.

L’avenir nous dira si elle a raison. Vouée à être reconduite dans les années à venir, cette étude pourra mesurer la progression de ces indicateurs dans le temps , précise Claire Deguerry, associée Financial Advisory chez Deloitte.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici