☰ Menu eFinancialCareers

Des négociations salariales annuelles plutôt mal parties dans les banques

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ceux qui espéraient encore être augmentés d’ici la fin de l’année risquent d’être déçus. Dans le sillage de l’annonce d’hier autour de centaines de suppressions d’emplois à venir dans sa banque d’investissement en France, le PDG de la Société Générale Frédéric Oudéa a aussi fait état d’une politique de rémunération maîtrisée ce qui veut dire bien évidemment pas d’augmentation de salaire collective cette année, souligne à l’AFP Maryse Gaudet, déléguée FO. La banque va également geler les salaires les plus élevés et réduire les parts variables – c’est-à-dire les bonus – dans certains secteurs .

Le coup de frein sur les salaires ne concerne pas seulement les activités de BFI. Ainsi, plus de 400 salariés de la caisse régionale du Crédit Agricole ont récemment manifesté au siège de Lille. Principale revendication des syndicats : renforcer la rémunération fixe du personnel. Nous voulons sécuriser les rémunérations en transformant 30 % de l’intéressement en salaire , explique Jean-François Innocenti, délégué FO (La Voix du Nord).

Début novembre déjà, le Syndicat national des banques (SNB) estimait que la première réunion des négociations annuelles 2011-2012 avec l’Association française des banques (AFB) avait très mal démarré. Dans un communiqué, le SNB va jusqu’à se plaindre de l’attitude de l’AFB qui aurait limité le contenu d’un éventuel accord de négociation salariale annuelle 2012 à la seule revalorisation de 1,50 % des grilles de salaire annuel minima de branche . Une proposition qui, de l’avis du syndicat, n’aurait aucun effet car les seuils minima sont largement en dessous des salaires réels pratiqués dans la profession (La Tribune.fr).

Négocier une augmentation quand même ?

Pourtant, il y a quelques mois encore, dans l’Hexagone, tout le monde tablait sur une hausse des salaires de 3 % en moyenne en 2012, Crise oblige, les prévisions ont été revues à la baisse avec une augmentation de 2,5 % en moyenne seulement, selon une enquête réalisée par le cabinet de ressources humaines Mercer. Les enveloppes destinées aux augmentations des salaires vont rester faibles en 2012. Mais avec de fortes disparités, et une individualisation croissante (L’Express.fr).

Certains pourraient donc y voir une fenêtre de tir pour demander une augmentation de leur fixe ou de leur variable. Après tout, qui ne tente rien n’a rien… Mais avant d’aller toquer à la porte de votre boss, une petite introspection s’impose. Ai-je les arguments pour demander une augmentation de salaire ou un bonus ? Sur quoi se baser ? Demander une augmentation en prétextant que votre collègue qui travaille à vos côtés a touché un meilleur bonus que vous l’an dernier n’est pas un bon argument. Qu’ai-je fait concrètement, quels sont mes résultats ? Autant de questions qu’il faut se poser selon Thierry Mageux, Business Development Director Europe & Middle-East chez Robert Half Financial Services, qui ajoute : Surtout, n’hésitez pas à demander des conseils autour de vous, à construire une argumentation. Et faites preuve d’empathie vis-à-vis de votre supérieur hiérarchique qui lui aussi est sous pression. Quelles sont ses contraintes ? dispose-t-il ou non d’une enveloppe de bonus ?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici