☰ Menu eFinancialCareers

Jeunes diplômés en finance : cap sur les Big Four !

big-4

Sur le marché mondial de l’attractivité des talents, les banques subissent une banqueroute au profit de l’audit. Tel est l’un des principaux enseignements à retenir de l’édition 2011 du Top 50 des employeurs les plus attractifs au monde publié par Universum. Si l’année 2010 avait vu le retour florissant des Big 4 de l’audit, l’année 2011 scelle leur retour incontesté comme employeurs hautement attractifs, les étudiants en commerce et management les consacrant de nouveau sur quatre des cinq premières marches du podium, juste derrière Google.

Le marché des talents pour les jeunes diplômés en commerce / management est dominé par les cabinets de services professionnels, reconnus pour être d’excellents employeurs lorsqu’il s’agit de démarrer sa carrière. Ces cabinets sont également connus pour être des entreprises offrant une nouvelle culture du travail mais aussi, un environnement professionnel dynamique , analyse Lovisa Öhnell, directrice de la Recherche et du Conseil chez Universum.

Une tendance confirmée par les cabinets de recrutement et les services RH, mais aussi par les directeurs d’école. Dans ces secteurs, la pyramide des âges est favorable, et les besoins sont importants , relève Stéphan Bourcieu, directeur de l’ESC Dijon (L’Étudiant.fr).

Audit qui rit, banque qui pleure

Chez ces mêmes étudiants, la forte attractivité des Big Four est étroitement liée à la baisse d’attractivité du secteur bancaire, les banques et l’audit recrutant des profils peu ou prou identiques. Le désamour pour l’un se reporte par conséquent sur l’autre. Ainsi, en cette période morose et économiquement incertaine, les étudiants internationaux semblent regarder plutôt en direction des Big 4, perçus comme étant beaucoup plus solides et moins dépendants des soubresauts des indices boursiers , explique Étienne Tremblin, responsable Grands Comptes chez Universum en France.

Et si à la date de la publication du classement, fin septembre, les étudiants des business schools françaises privilégiaient les banques au détriment des Big 4, allant contre la tendance internationale, il n’est pas certain que depuis les annonces de suppressions de postes de nombreuses BFI françaises, leur choix soit toujours le même. Même les profils matheux semblent désormais attirés par l’audit, où ils représentent une part grandissante. Le quart de nos jeunes recrues sont des ingénieurs, précise Caroline Haquet, directrice du recrutement chez Mazars (LeFigaro.fr). Ils performent très bien dans nos métiers et sont largement représentés dans les nouveaux associés cooptés chaque année. Ce qui démontre que l’on peut faire évoluer des profils a priori peu destinés à nos métiers .

Pourtant, à ce jour, aucun cabinet d’audit ne figure encore dans les Top 10 des employeurs les plus attractifs auprès des étudiants ingénieurs. Seul Deloitte fait partie du Top 50 mondial, en se positionnant 38e place. Les étudiants ingénieurs préfèrent donc encore de loin les banques, mais là aussi, étant donné que l’attractivité de ces dernières est inversement proportionnelle à celle des entreprises de l’audit, il ne serait pas improbable qu’un nombre croissant d’étudiants ingénieurs se rabatte dans un avenir proche sur l’audit. Le gel des recrutements à venir, notamment dans les activités de salles de marché habituellement plébiscitées par les profils matheux, risque d’accentuer le mouvement…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici