☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Un diplôme avec mention très bien fait toute la différence si vous travaillez dans l’industrie financière

Je me souviens encore de l’irritation de mes collègues traders quand ils se plongeaient dans la lecture des curriculum vitae. Nous ne reconnaissions pratiquement aucune université des candidats, et celles que nous connaissions n’étaient pas particulièrement impressionnantes. Nous étions l’un des desks les plus rentables au sein de notre banque, comment était-ce donc possible que les ressources humaines fassent une sélection aussi pauvre des candidats pour les premiers rounds d’entretiens ?

À vrai dire, notre desk avait la réputation d’être élitiste. Non seulement les huit traders avaient tous un master en sciences ou plus, mais également chacun d’entre eux (évidemment) avait décroché une mention très bien au sein de l’une des meilleures universités mondiales (je parle là de Princeton, d’Oxford, de Polytechnique, de Cambridge, de la LSE).

En mettant l’accent sur la croissance organique de notre bureau (moins coûteuse), nous entretenions notre tour d’ivoire – telle une tradition, avec des stagiaires employés avant toute chose sur la base de leur réussite académique. Je me rappelle d’une délibération après des entretiens de sélection durant laquelle étaient débattues les performances des candidats du jour. Un vendeur senior, auquel il était demandé de prendre une décision finale au sujet d’un des candidats, jugea de médiocre le fait que ce dernier ait évoqué sa mention bien comme argument de force. Candidature rejetée.

Pourquoi insister sur les mentions très bien et les masters ? Comme pour une grande partie du monde de la banque, il s’agissait davantage du prestige et du pedigree que de l’efficacité. Un coup d’ceil rapide sur le floor vous apprenait qu’il n’y avait qu’une faible corrélation entre succès universitaire préalable et capacité à contribuer au résultat de l’entreprise. Nous avions évidemment besoin de quelqu’un de suffisamment intelligent pour être capable de faire face aux subtilités de l’évaluation des produits dérivés, mais plus important encore étaient son attitude, son enthousiasme et sa motivation.

La politique de notre desk concernant les mentions très bien n’avait pas beaucoup de sens. Il n’y a aucune raison de penser qu’une personne avec une mention bien ne puisse pas être un trader sensationnel. Toutefois, en l’absence d’un contre-exemple notable – nous n’avons jamais eu l’occasion d’observer la performance du candidat qui n’était pas embauché – et en la présence d’une culture élitiste bien ancrée, rien ne laisse à penser que cette politique va disparaître.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici