☰ Menu eFinancialCareers

Et si vous passiez d’une grande banque à une structure plus petite…

Buildings

Dans le climat actuel, les professionnels des grandes banques d’investissement françaises pourraient être tentés de rejoindre des boutiques de corporate finance, d’autant plus que les besoins sont bien réels. « Si vous avez été lâché par une grande banque, il y a une poignée d’entreprises qui se manifestera pour vous embaucher assez rapidement », explique Logan Naidu, associé chez The Cornwell Partnership.

Les banques privées indépendantes font elles aussi le plein de banquiers issus des réseaux bancaires. Rothschild & Cie Gestion vient ainsi de recruter Alain Massiera l’ancien directeur mondial du métier Banque privée chez Crédit agricole, comme associé gérant en charge de la banque privée. Idem pour Lazard Frères Gestion, qui a récemment embauché deux anciens banquiers de chez Société Générale Private Banking pour relancer son bureau bruxellois.

Et ce n’est vraisemblablement qu’un début. « Dans les années à venir, les structures de taille moyenne vont clairement prendre l’avantage sur les mastodontes », nous a confirmé un recruteur spécialisé en finance. A noter que les postes à pourvoir concernent aussi bien des analystes débutants que des associés chevronnés.

« Small is beautiful »

Les arguments pour séduire les candidats les plus jeunes ne manquent pas. « Les maisons à taille humaine telles les banques d’affaires, les boutiques, ont trouvé grâce à leurs yeux, de par leur capacité à les mettre vite en situation, à les responsabiliser, voire à faire du ‘sur mesure’, là où les grands groupes, bloqués dans leur processus de sélection et de décision, peinent à les faire émerger », explique Denis Marcadet, président du cabinet de chasse de têtes Vendôme Associés (Agefi Hebdo).

Evidemment, pour les fonctions d’encadrement, l’expérience reste primordiale. Ainsi, Nicolas Miara-Godet a passé 14 ans à Société Générale Corporate & Invesment Banking, avant d’être nommé Responsable Investment Solutions du tout nouveau département de Kepler Capital Markets dédié aux produits structurés. « Notre ambition est de devenir un acteur important sur les solutions d’investissement. En effet, en tant qu’intermédiaire indépendant, nous bénéficions d’un positionnement idéal entre les grandes banques d’investissement et tous les types de clients que nous conseillons : investisseurs institutionnels, réseaux de distribution et entreprises » indique Laurent Quirin, PDG de Kepler (Next Finance).

Un bon track-record peut lui aussi faire la différence. Daniel Giroux, qui vient d’être nommé associé chez Wagram Corporate Finance, peut se targuer d’avoir acquis, pendant qu’il était responsable du métier M&A au sein de la banque Natixis, une vaste expérience des opérations de haut de bilan (M&A, privatisations), pour des clients français ou étrangers de toutes tailles, avec à son actif plus de 40 opérations d’une valeur totale excédant 20 milliards d’euros. « En rejoignant Wagram Corporate Finance, Daniel apporte une expertise et un savoir-faire de banquier d’affaires au service de clients corporate et private equity en complète adéquation avec l’orientation stratégique de notre maison », relève Paul Le Clerc, président de Wagram Corporate Finance.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici