☰ Menu eFinancialCareers

Pris aux mots, le président de l’AMF voit son salaire fondre de 35%

L’indemnité de fonction du Président de l’AMF a été abaissée de 35% et fixée à 150.000 euros bruts par an, selon un arrêté daté du 29 novembre 2010 et publié ce mardi au Journal Officiel.
Jean-Pierre Jouyet avait déclaré en juin dernier qu’il était prêt à réduire son salaire “de 20 à 30%” dans une interview accordé au Monde en juin, et ceci afin de participer à l’effort budgétaire pour combler les déficits publics.

Un rapport parlementaire avait révélé fin octobre que Jean-Pierre Jouyet était le patron d’une autorité administrative indépendante le mieux payé en France, avec une rémunération totale de plus de 300.000 euros bruts par an (Le Figaro).

Deux semaines plus tard, le patron du gendarme français des marchés financiers fustigeait les hauts salaires de la finance, “symbole de surchauffe” des marchés financiers, suggérant de taxer davantage les salaires fixes. Une proposition qui n’avait pas manqué de déclencher de vives réactions sur ce site.

Dans l’immédiat, c’est son salaire qui est mis à contribution. Il passera de 231.708 euros bruts annuels par an à 150.000 euros, a précisé une porte-parole de l’AMF. Jean-Pierre Jouyet continuera néanmoins de toucher en plus son traitement de fonctionnaire de 85.903 euros brut par an, en sa qualité d’inspecteur des Finances, qui n’a pas été revu en baisse.

commentaires (3)

Comments
  1. Bravo, bravo, ces gens non seulement ils foutent rien et vivent avec des avantages énormes et en plus ils se plaignent de leurs salaires (alors c’est combien de smic tout ça!?). C’est écceurant mais personne ne dénonce ni n’agit pour crier au scandale!! C’est la classe moyenne qui paye en tout cas : pas assez riche pour défiscaliser et pas assez pauvre pour échapper à l’impôt.

  2. Franchement c’est un petit salaire pour cette fonction.
    Je trouve ça choquant que le patron de l’AMF ne touche même pas en global le fixe d’un deputy COO d’une BFI moyenne en France.
    A la Sgcib ou bnpp on est dans une autre dimension.

    OK pour les économies mais les talents il faut les rémunérer!

  3. Non, BobRules : ce sont les salaires de tous les autres opérateurs qui sont absurdes.
    Jouyet est malin : cette décision lui donne un levier de communication important et une sorte d’autorité morale importante pour la gestion de la prochaine crise bancaire, disons en 2012 s’il est encore là.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici