☰ Menu eFinancialCareers

Informaticiens, comment réussir dans les hedge funds ?

La technologie dédiée aux hedge funds était jusqu’ici la chasse gardée de prestataires externes tels que RSM Moffat ou des développeurs d’application tels que Beauchamps Financial Technology. Avec la croissance des fonds, la tendance est à l’internalisation des tâches.

Les plus gros fonds construisent leur propre infrastructure , rapporte Alistair Singleton, en charge du recrutement chez 7 Fifty Two solutions. Aujourd’hui, on ne voit que la partie émergée de l’iceberg, mais nous attendons beaucoup plus avec le développement des fonds .

Les besoins en infrastructure ne sont pas les seuls motifs d’embauches des hegde funds. Pour James Baker, consultant chez Huxley Finance, les fonds souhaiteraient également recruter des développeurs de systèmes très pointus afin de personnaliser leur propre système de trading.

Selon un rapport de Tabb group, un think tank américain, les systèmes propriétaires devraient devenir une source d’avantages compétitifs pour les grands hedge funds dans les années à venir.

Le grand saut est difficile

Si vous êtes un professionnel des technologies de l’information et si l’idée d’évoluer dans de plus petites structures vous séduit, mieux vaut savoir dans quoi vous vous engagez. Les offres sont ares, il faut être très bon et si vous réussissez, vous devrez tout faire vous-même.

Même si les hedge funds recrutent, les embauches restent limitées. Un hedge fund important employant 60 personnes, n’emploie qu’une poignée d’informaticiens selon Alistair Singleton.

Les hedge funds peuvent ainsi être sélectifs. Qu’il s’agisse d’infrastructures ou de développement de systèmes, leur cahier des charges est précis.

Selon James Baker, les hedge funds recrutent des profils très expérimentés et pointus, titulaires de Master of Science ou de doctorat dans un domaine mathématique. Les hedge funds ont une préférence pour les candidats ayant une expérience de développement de système de trading au sein de grandes banques telles que Morgan Stanley ou Goldman Sachs .

Selon lui, les hedge funds apprécient les candidats qui ont été responsables des conséquences de leurs développements en terme de business et qui ont su s’imposer au sein d’une équipe.

Selon Alistair Singleton, ils doivent également se prévaloir d’expériences variées dans de nombreux domaines : les hedge funds tendent à privilégier les gens qui sont familiers avec toutes les versions de windows, tous les types de firewall, les candidats qui ont une expertise dans les problèmes de réseaux et les protocoles comme Cisco, qui connaissent les réseaux utilisés dans le travail à distance et qui savent adapter la technologie à de nouveaux sites .

Touche à tout

Parce qu’ils ont des équipes restreintes, les hedge funds ont besoin de gens polyvalents. Un programmeur en banque fait en général partie d’une équipe RAD, ou travaille comme développeur quant ou comme spécialiste de Java ou C++. Il faut couvrir tous ces domaines au sein d’un hedge fund.

C’est la même chose pour les métiers liés à l’infrastructure. Parce qu’ils couvrent l’ensemble des spécificités, les spécialistes en infrastructure viennent rarement de la banque d’investissement. Au sein de la banque d’investissement, les gens sont sur des niches , observe Alistair Singleton. Les hedge funds préfèrent les profils issus de petites sociétés plus touche à tout .
Si vous voulez faire fortune dans un hedge fund, l’assistance en infrastructure ne semble pas la voie rêvée. James Baker rapporte que les salaires et le bonus excèdent rarement 80 000 livres avec 20 % de bonus.

En comparaison, les développeurs peuvent aspirer à des rémunérations totales plus conséquentes : un salaire plus élevé, un bonus pouvant atteindre 100 % ou plus et même des stock options.

Alternative

S’il est difficile d’entrer dans un hedge fund, il est toujours possible de rejoindre une société de développement travaillant pour ces fonds.

Beauchamp Financial Technology prévoit de recruter 60 personnes cette année. Le patron des ressources humaines Roger Walker au sein de cette société qui compte 120 employés qualifie cette croissance d’exponentielle.

Beauchamps effectue 85 % de ses recrutements directement au sein des universités, mais quelques uns ont eu une expérience en banque. Le dénominateur commun des employés est d’être à l’aise avec le langage Structured Query Language (SQL).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici