☰ Menu eFinancialCareers

Les banques françaises verront-elles leur BFI bénéficiaire en 2009 ?

De l’avis de leurs dirigeants, les divisions banque de financement et d’investissement de BNP Paribas et Natixis ont plutôt bien commencé l’année, contrastant avec la publication de résultats annuels affectés par la crise. Car malgré une perte record de 2,8milliards d’euros, Natixis tient à rassurer sur son avenir (Le Figaro.fr). Natixis est engagée dans un projet de restructuration profonde et je pense que l’exécution de ce projet permettra que nous sortions de la crise beaucoup plus forts que nous y sommes entrés, explique son directeur général Dominique Ferrero. La fusion des deux sociétés mères, Banques Populaires et Caisses d’Épargne, conduira à la simplification de la gouvernance de Natixis, avec un actionnaire principal au lieu de deux , confirme Jean-Pierre Lambert, analyste chez Keefe, Bruyette & Woods. Les bonus ayant été réduits de l’ordre de 75 %, la division banque d’investissement de Natixis serait déjà redevenue bénéficiaire cette année , à en croire son responsable Jean-Marc Moriani (Bloomberg).

Espoirs fondés ou méthode Coué ?

De son côté, BNP Paribas souhaite également redonner confiance, et assure qu’elle restera bénéficiaire en 2009 (Le Point.fr). Le pôle BFI a retrouvé des revenus positifs dès décembre, et réalisé une très bonne performance au mois de janvier, a assuré la banque, son patron Baudouin Prot ayant même bon espoir qu’il soit bénéficiaire d’ici trois mois.

Évidemment, des suppressions d’emplois sont à prévoir, voire une recapitalisation en ce qui concerne Natixis selon les analystes. En attendant, Natixis a indiqué la disparition à venir de 450 postes qui viendront s’ajouter aux 850 annoncés huit mois plus tôt, tandis que BNP et Société Générale devraient respectivement ramener leurs effectifs à 16 000 et 12 000 personnes, soit des niveaux proches de ceux de 2007.

Les banques continuent de croire dur comme fer aux futures performances de leur BFI. SocGen a même pris les devants : Thierry Aulagnon, directeur général de la division clients et banque d’investissement, ayant annoncé le recrutement de 25 banquiers seniors en Europe pour développer son activité de conseil auprès des grands institutionnels (L’Agefi Hebdo).

commentaires (6)

Comments
  1. Les BFI françaises?! Mais vous ne mentionnez pas CALYON!

  2. Nous avons prévu de mentionner Calyon dans un article à venir, le Crédit Agricole ne publiant ses résultats qu’à compter du 4 mars, alors que les autres banques citées dans l’article ont déjà publié les leurs en février…

  3. Calyon n’existe plus vraiment non? Fimath+calyon = Newedge

    Ou c’est peut etre que l’activité de broker qui a été dégagé?

  4. Soyons sérieux! Calyon n’a jamais été une grande BFI !
    C’est juste une petite boutique qui a profité de la hausse générale des marchés, en pensant avoir des salles de marchés d’élite.
    Les mots “humilité” et “gestion des risques” y ont disparu depuis belle lurette, et Calyon s’est bien ramassée avec la crise…(c’est la banque française la plus touchée, on se demande pourquoi…)
    Calyon a toujours fait du bricolage…

  5. Muzashi, je crois que tu te trompes ! la banque la plus touchée est de loin Natixis! ensuite dire que Calyon a toujours fait du bricolage c’est de l’approximation. Mais sur quel critère repose ton commentaire ?
    sur l’année 2008, calyon s’en sort mieux que SGCIB! et de plus, pk la SOCGEN pense à rapprocher davantage ses activités avec CASA? La gestion risque chez calyon? ce sont des provion à hauteur de 1 milliard! alors je dirai plutôt que c’est ton commentaire qui est du bricolage! faudrait s’informer d’abord et laisser de côté ses frustrations!

  6. Steeven, comme c’est beau l’esprit corporate ! Mais je crois que Musashi a raison, Calyon a été la banque la plus touchée PAR LA CRISE DES SUBPRIMES…
    Et puis SGCIB, quelle belle référence, Litzer le responsable des activités de marché qui est parti comme un voleur… 5 milliards partis en fumée à cause de Kerviel le soi-disant “terroriste” comme l’a dit Bouton à l’époque…tu pouvais pas trouver mieux !
    Mais tu as raison… Calyon avec Richard Birbaum le trader fou de NY a planté que 300 millions d’euros … c’est mieux que 5 milliards apres tout…
    Quant à la gestion risque, pourquoi passer des prov de 1 milliard si tout va si bien…c’est bien beau de reagir une fois qu’on est dans la lumière, mais avant? qu’ont-ils fait…
    Je me souviens d’une ancienne connaissance qui bossait au middle chez Calyon ya 2 ou 3 ans et qui m’avait parlé de pertes de trading passées en provisions et en erreur informatique…ça fait reflechir…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici