☰ Menu eFinancialCareers

Des mobilités à l’international possibles en banque de détail

Le développement des banques de réseau françaises dans les pays émergents est impressionnant. La plupart des recrues sont locales mais des profils seniors capables d’évaluer le potentiel de ces nouveaux marchés sont aussi recherchés. À cet égard, la mobilité en interne reste la règle.

La concurrence sur le marché français étant saturée, les banques se tournent vers l’étranger et notamment les pays émergents (Europe de l’Est, Afrique, Asie) où la bancarisation de la population n’est pas optimale, analyse Bernard Coulombeaux, consultant à l’Observatoire des métiers de la banque. De ce fait, la banque de détail à l’international représente une part croissante du produit net bancaire. En termes d’effectifs, les chiffres parlent d’eux-mêmes : le pôle International Retail Services (IRS) de BNP Paribas regroupe plus de 70000collaborateurs, celui de la Société Générale environ 39000 et le Crédit Agricole près de 27000personnes, réparties au travers de milliers d’agences. Les locaux sont privilégiés car ils parlent la langue du pays, sans oublier qu’il n’est pas facile de convaincre des candidats à l’expatriation avec les salaires en vigueur dans certains de ces pays.

Priorité accordée aux profils très expérimentés

Cependant, les banques ont besoin de profils très seniors pour développer ces réseaux, et notamment évaluer le potentiel des marchés, le développement se faisant surtout par rachat de réseaux. Sans compter qu’une fois la décision de rachat prise, il faudra piloter et réorganiser lesdits réseaux. La direction de la banque de détail à l’international a pour principales missions d’accompagner, contrôler et appuyer le développement des entités à l’étranger, et de favoriser le déploiement local de tous les métiers de la banque , rappelle-t-on au Crédit Agricole. D’où le besoin de profils déjà rôdés à ce genre d’opérations, note Bernard Coulombeaux. Et ces talents, les banques préfèrent généralement les dénicher dans leurs propres rangs. Nous n’avons pas de demande dans ce domaine où il y a beaucoup de mobilité interne , constate Caroline Le Canu, senior manager chez Robert Half Banque & Assurance.

commentaires (2)

Comments
  1. A propos de l’emploi des seniors (votre autre article), voilà une bonne piste pour garder des seniors : plus d’enfants à charge (en général), Mme a ses occupations, ou M est seul, un age de la retraite pas franchement palpitant quand on est en forme … mais la possibilité de rempiler dans une mission de 2/3 ans.
    Je n’en suis pas là (52 ans), mais je prendrais bien !

  2. Postes a l’expatriation pour des senior oui, mais assis sur des rentes de situation et qui n’ont plus la dynamique de developpeur. Il est tant de mettre d’apporter du sang neuf a l’international et envoyer des gens qui parlent la langue du pays et ont de vraies competences.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici