☰ Menu eFinancialCareers

À nouveau dans le vert, Natixis débloque enfin ses bonus

Les salariés de la BFI de Natixis peuvent souffler. Leur bonus ne leur passera pas sous le nez. Cas atypique dans le secteur, la banque avait en effet conditionné la distribution des bonus supérieurs à 5.000 euros aux résultats du premier trimestre.

Le parent pauvre du secteur bancaire français

Pour le troisième trimestre d’affilée, la banque de gros de BPCE a enregistré des profits, soit 464 millions d’euros contre une perte de plus de 1,7 milliard d’euros un an plus tôt. Le résultat net part du groupe sur trois trimestres consécutifs atteint ainsi plus de 1,6 milliard d’euros.

La banque, qui avait provisionné 98 millions d’euros pour les bonus au titre de 2009, devrait donc bien débloquer 48 millions pour payer la partie numéraire très prochainement. De fait, les banquiers de Natixis sont le parent pauvre de la banque d’affaires en France. Le bonus moyen en cash pour 2010 s’établit à 64K euros contre 96K chez SG et 125K chez BNP.

Signes de rétablissement

En matière de rémunération, ce constat ne devrait pas changer fondamentalement dans un futur proche. Mais les signes de rétablissement de la BFI sont toutefois encourageants. Sur ce premier trimestre, la BFI a dégagé des revenus en hausse de 32% par rapport au 4T09 et 11% par rapport au 1T01, à 784 millions d’euros. Et la banque évoque un provisionnement des rémunérations variables en ligne avec la hausse des revenus .

Comme ses consceurs BNP et SG, Natixis a enregistré un rebond de ses revenus sur le fixed income par rapport au dernier trimestre (+68%), à 277 millions d’euros, un chiffre toutefois très éloigné de son record du deuxième trimestre 2009 (453 millions d’euros). Sur les métiers actions et corporate solutions, qui affichent des revenus de 109 millions d’euros, la hausse significative de l’activité sur les dérivés compense la baisse des volumes sur le cash equities.

Enfin, les métiers de financement, dont le savoir-faire de la banque est reconnu, sont marqués par la reprise de la production nouvelle dans les financements structurés. Ils enregistrent 277 millions d’euros de revenus.

Syndrome de la la réorganisationnite ?

Ce bon premier trimestre ne cache toutefois pas les inquiétudes des salariés quant aux réorganisations successives de la BFI engagées depuis le début de la crise et toujours en cours. Il y a un mois, le nouveau patron de la BFI De Doan Tran a repris les rennes.

Conséquence ? Une division Coverage indépendante a été mise en place et la direction des marchés de capitaux a été supprimée, entraînant le départ de Marc Breillout.

BPCE, qui publiait aussi ses comptes trimestriels, a de son côté rapporté un résultat net d’un milliard d’euros pour le 1er trimestre. Un chiffre similaire à celui affiché la semaine dernière par SG, alors que BNP Paribas a fait état d’un bénéfice net de 2,28 milliards d’euros.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici