☰ Menu eFinancialCareers

Les Français toujours in love with London ?

Lorsqu’une chasseuse de têtes nous confiait tout récemment avoir reçu, en l’espace d’une semaine, une dizaine d’emails de candidats français basés à Londres souhaitant rentrer en France , on s’est demandé si la romance des financiers français avec la City n’était pas en train de tourner vinaigre.

Ce retour (en masse) a été beaucoup fantasmé par les médias français pendant la crise, et depuis plus longtemps encore par les politiques, Nicolas Sarkozy en tête. A tous les expatriés qui sont malheureux de la situation en France et de leur départ, je veux dire : Revenez ! , avait-il lancé aux financiers de la City lors de sa campagne présidentielle en 2007.

À Londres, on ne vit plus seulement sur son bonus

Depuis, le gouvernement britannique n’a pas fait de cadeaux à ses financiers. Révision du statut des non-doms en 2008 ; une nouvelle tranche d’impôts de 50% introduite l’an passé pour les revenus supérieurs à 175.000 euros par an (contre 40% auparavant), sans oublier la même année, l’application d’une taxe exceptionnelle sur les bonus… Autant de mesures qui pèsent sur l’attractivité du Square Mile (La Tribune).

Aussi certains ont le sentiment que la vie à Londres n’est plus aussi rose que par le passé. Le dicton selon lequel à Londres, on vit sur son bonus (alors qu’à Paris, on vit sur son fixe) est peut-être moins vrai depuis le durcissement des politiques de bonus différés, qui intervient de surcroît après une voire deux années de vaches maigres.

Les Euro Stars et la French invasion

C’est sûr, quand vous ne voyez plus que la moitié, ou moins, de votre bonus en cash, ça change les habitudes. Cette année, à Londres, on raconte que certains ont acheté une maison en se basant sur une estimation de leur bonus et doivent finalement souscrire un prêt immobilier dans l’urgence , a raconté un banquier basé à Londres aux Echos au début du mois. Certains de mes salariés doivent déménager , ajoute un patron d’une salle de marché de la City.

Pourtant, malgré ces nouveaux aléas, les financiers français seraient toujours sous le charme, si l’on en croit la presse anglaise. La culture méritocratique, tolérante et friendly, un rapport moins tabou avec l’argent, le savoir-faire des tailleurs britanniques continuent de séduire les Euro Stars , selon The Evening Standard, qui titrait la semaine passée sur la French Invasion .

Les observateurs de la communauté française à Londres ne pensent pas que la crise a réduit son importance , lit-on également dans un article de The Economist décrivant le phénomène Paris-on-Thames .

En bref, il faudra plus qu’une crise et quelques mesures fiscales et reglementaires pour entamer la love story entre les Frenchies et la City…

commentaires (13)

Comments
  1. Bonjour à tous,

    Les français toujours “in love with london”. Obviously!!!
    Je reviens d’un entretien à Londres dans une grande banque anglophone et force est de constater que le déroulement des entretiens est très différent. On insiste sur vos compétences et non sur votre diplôme même si pour ma part je ne suis pas en reste.

    Nous considérons que la diaspora des grandes écoles mènera les banques françaises dans le vide. J’ai rencontré des indiens, des italiens, des anglais hautement compétents.

    Ce climat à Paris ou il est entendu que seuls les ingénieurs desdites écoles sont omniscients est une grosse connerie.

    Faisons de la place aux candidats dont le savoir est aussi important et même parfois bien plus important et provevant des universités.

    Pour ma part, je m’installe à Londres.

    Gook luck!!!

  2. Toujours in love with London…c’est normal il y a rien à faire à Paris. Pas de boulot, pas d’opportunitées.
    Paris est une micro place financière.
    Même si les impôts augmentent au UK et les bonus diminuent si tu veux bosser t’as pas le choix: prendre un eurostar.

  3. Londres est une ville laide et sans intérêts à la tête d’un pays qui a vendu son savoir-faire et son industrie aux étrangers. Normal qu’elle n’intéresse plus que les mercenaires.

  4. Londres est une ville sans intérêts?? la jalousie te rend aveugle Ouistitir…

  5. Pas de jalousie, mais pour moi un centre financier qui n’a d’intérêt que s’il s’appuie sur un marché et une économie solide. Les services financiers viennt en support de l’industrie et de l’économie réelle. Aujourd’hui, comme le démontrent les dernières discussions sur le possible déménagement du siège social d’HSBC, les nationalisations forcées des banques en Grande-Bretagne, on voit bien que l’illusion a fait long feu. On ne peut pas dire qu’il soit très intéressant d’aller s’enrôler pour des colosses aux pieds d’argile. En plus je ne vois pas trop de ce que l’on goûte de l’ambiance et de la culture internationale lorsque l’on est assis devant le même ordinateur à Singapour, Dubai ou Londres, au sein d’équipes tout aussi formatées

  6. Cher ouistitir,

    Ne pourrais-tu pas envisager que ceux qui décident d’aller s’installer le font car l’expérience à londres et en particulier en banque d’investissement est un atout majeur sur un cv. Il ne s’agit pas de mercenaires.

    Et non londres n’est pas sans intérêt. Comment peux-tu affirmer cela ?

    Tu fais probablement parti de ceux dont le souhait et de retrouver son petit quartier quand il voyage ou s’expatrie.

    Londres regorge de coins très sympas mais en revanche il faut oser aller à la rencontre des londoniens ne pas hésiter à pénétrer dans des lieux hors des sentiers battus, etc…

    Mais cela dépasse très certainement de très nombreux français dont tu fais probablement parti …

    Un parisien qui considère que londres n’est certainement pas sans intérêt !!!

  7. Cher Malraux, Londres a beaucoup d’intérêt je le reconnais mais en dehors de la vie financière! Je ne comprends pas pourquoi tous les jeunes cherchent à partir de France en pensant toujours que tout est mieux ailleurs alors qu’il y a tant à faire chez nous; surtout je le répète que toutes ces fameuses banques d’investissement se sont bien plantées dernièrement.

  8. “Je ne comprends pas pourquoi tous les jeunes cherchent à partir de France ”

    As tu pensé qu’il n’y avait peut être pas de recrutement en France dans certaines branches tout simplement?

  9. Cher Ouistitir,

    Je pense que fondamentalement si certains français décident de quitter le sol français pour tenter leur chance en particulier à Londres c’est parce qu’ils estiment que la culture d’entreprise à la française privilégiant le dîplome même à 40 ans exclut un certain nombre de candidas dont le talent est évident (dixit le monde éducation paru hier). En effet, cette sélection absurde exclut un très grand nombre de candidats dont le talent académique et professionnel est sans doute aussi équivalent d’un de ces ingénieurs de ces grandes écoles.

    Et de grâce ne me dîtes pas que je suis jaloux car je ne le suis pas. C’est tout simplement navrant qu’à 40 ans nous arrivions à nous poser des question sur notre parcours académique. Certains se complaisent dans cet état de fait. Cela permet de ne pas mettre en évidence leur incompétence car vous comprenez ces messieurs sont issus desdites grandes écoles…

    Paris est certes une très grande ville je suis le premier a l’affirmé mais la culture d’entreprise est une toute autre histoire.

    Ce n’est pas être mercenaire que décider de vivre à Londres car en totale inadéquation avec la culture d’entreprise locale pour y revenir..

  10. Malraux, je fais le même constat que toi et je regrette que ces grands groupe soient fermés et se privent de vrais talents. Mais ne crois-tu pas que dans les pays anglo-saxons, il y ait le même problème de snobisme sur les diplômes avec les MBA qu’il en faut en plus payer si tu n’as pas la chance d’avoir dragué un groupe aux poches profondes?

  11. Londres n’est pas uniquement attractive pour les financiers francais. Nous avons tendance a ne regarder que notre nombril, la vie a Londres pour un jeune cadre (y compris un non-financier) est bien plus douce qu’a Paris.

    1/ La mentalitée zélée francaise est a mettre aux oubliettes a Londres. On ne vous juge que sur vos résultats. On accepte que vous puissiez avoir une vie a coté de votre travail, et on tolere meme que vous ne preniez votre travail que pour un moyen et non une fin.

    2/ Londres regorge d’endroits sympas, bien plus qu’a Paris d’ailleurs, la vie culturelle y est trépidente, et étonamment, bon marché.

    3/ Les francais a Londres ne sont pas tous banquiers, c’est d’ailleurs un comble de penser que la France dispose d’un vivier de 500 000 banquiers. Il y a des commerciaux, des consultants, des marketeurs, des artistes, et des étudiants. Tous francais, et tous ayant fait le CHOIX de s’installer a Londres pour plus ou moins longtemps.

    Ce qui peut pousser ces jeunes expatriés au retour, c’est l’arrivée d’enfants (contrainte bien plus lourde au Royaume-Uni qu’en France).

  12. Totalement d’accord avec Benjamin.

  13. londres est menacé. les impots augementent la-bas, sans parler de la nouvelle taxe europeenne sur les transactions. de plus londres est tres cher, la vie y est plus chere que paris( restos par exemple)
    HSBC a deja menace de partir vers hong kong

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici