☰ Menu eFinancialCareers

Originateur ou syndicateur obligataire ? Question de sensibilité

Résultats, les originateurs obligataires qui adressent le marché des émetteurs identifient tous les jours de nouveaux prospects. Quant à eux, les banquiers chargés de syndiquer cette dette auprès des investisseurs interviennent sur un marché de plus en plus spécialisé et concurrentiel, d’autant plus que les montants en jeu ont également explosé. Les Blue Chips qui levaient des multiples de centaines de millions de francs lèvent aujourd’hui des multiples de centaines de millions d’euros, quand ce ne sont pas des milliards. Et, avec un taux de commissionnement de 25 à 35 points de base par émission, ces transactions sont extrêmement lucratives pour les banques, et leurs équipes. Les places sont donc chères.

S’ils interviennent sur le même produit, originateurs et syndicateurs font des métiers assez différents. Sans doute, le premier qui suppose une forte dimension commerciale est moins technique que le second. Ma fonction d’originateur consiste à s’occuper d’un portefeuille composé d’une cinquantaine de clients, tant financiers que corporates, pour les conseiller sur leur stratégie de gestion de dette, depuis les émissions obligataires classiques jusqu’aux techniques plus pointues, comme la titrisation l’émission de dérivés ou encore les produits hybrides de haut de bilan. D’une façon générale, je m’efforce d’apporter à mes clients une vision innovante sur l’ensemble des leviers susceptibles d’impacter leur endettement, tant d’un point de vue technique (comptable) ou stratégique (positionnement, capacité d’acquisition) , détaille Antoine Loudenot, originateur obligataire chez Barclays Capital.


Deux niveaux de stress

A la confluence de l’offre et la demande, le responsable de syndication agit pour sa part comme balancier de la banque pour déterminer le meilleur prix d’un emprunt, celui qui permet de gagner le mandat et satisfaire son réseau d’investisseurs. Le pricing d’un emprunt obligataire n’est pas une science. Au contraire, il résulte de la connaissance du marché : niveau général des spread, comparables sectoriels, prix des emprunts précédents sur le marché secondaire. Le syndicateur utilise également d’autres indicateurs comme le prix des Credit Default Swap ou encore la marge des crédits syndiqués de l’émetteur. Enfin, il doit être capable de faire des calculs de swaps taux fixe/taux variable pour proposer le prix définitif à l’originateur.

Cette typologie particulière suppose des responsabilités différentes d’une fonction à l’autre. Celui de l’originateur se décline en part de marché. C’est un métier fortement concurrentiel dont le stress est une composante quotidienne. Nous sommes l’un des moteurs de la bonne entente de notre firme avec le client. Nous leur présentons donc des idées régulièrement et prendre connaissance via les agences d’information comme Reuters ou Bloomberg d’une transaction faite sur un de nos clients par un concurrent est un événement très responsabilisant , explique l’originateur. Le syndicateur lui, assume un risque bilantiel au nom de sa banque, que ce soit sur les deals en cours ou ceux qu’il conserve dans ses livres. Quand bien même il prend des positions sur les marchés dérivés pour se couvrir, il est en risques de plusieurs millions d’euros par jour.


Mobilité vs proximité

Evidemment, syndicateurs et originateurs travaillent main dans la main, dans un rapport de un à quatre en terme d’effectif. Afin de proposer un prix lui permettant de gagner un mandat auprès d’un émetteur, le chargé de relation est en relation constante avec les syndicateurs. En revanche, une fois la transaction lancée, les tâches sont clairement définies. Le rôle de conseil dévolu à l’originateur le conduit naturellement à accompagner son client pour assurer le marketing de son emprunt, le plus souvent à l’international. L’origination suppose une certaine mobilité internationale. Dans le cadre des road-shows, nous sommes en effet amenés à nous déplacer plusieurs semaines par an, en Europe évidemment mais en Asie également. Le métier de syndicateur est beaucoup plus sédentaire dans la mesure où l’animation du marché suppose une forte présence sur les principales places financières , commente l’originateur.

Ces métiers sont rémunérateurs. Evidemment composé d’une partie variable qui dépend exclusivement de la performance globale du desk obligataire, le salaire est difficile à fixer. Toutefois, un junior pourra se contenter d’un bonus limité à 10 ou 20 % de son fixe les années creuses, tandis qu’un senior a vu certaines années son bonus multiplier son fixe par 6. Un package de 150 000 euros pour un originateur expérimenté (4/5 ans) peut constituer une référence solide pour une belle année.

Après un premier semestre terne, 2004 ne sera probablement pas un millésime record. Le refinancement de la dette d’acquisition d’Aventis par Sanofi-Synthélabo pourrait toutefois sauver la saison des futurs chefs de file de cet emprunt très attendu par le marché.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici