☰ Menu eFinancialCareers

La gestion alternative à la recherche de profils très spécifiques

En France, la gestion alternative est un métier tout jeune qui compte moins de dix sociétés spécialisées. Les acteurs les plus anciens sont la Barep, filiale de la Société Générale lancée en 1994, Dexia Asset Management, fondée en 1996 et ADI, société indépendante créée en 1998. A ce trio de tête, il faut ajouter Systéia, filiale du Crédit Lyonnais, Equalt (Crédit Agricole), Sinopia (CCF) ainsi que des équipes dédiées chez CDC Ixis Asset management et BNP PAM. Ces hedge funds à la française gèrent ensemble un peu moins de 22 milliards d’actifs.

Il convient de bien distinguer les fonds multigestion, ou fonds de fonds, sortes de sicav qui prennent des participations dans des fonds existants, des véritables hedge funds, qui sont des professionnels de la gestion alternative. Alors que les premiers se contentent de sélectionner les fonds, les seconds pratiquent un métier autrement plus complexe, consistant à élaborer des stratégies d’arbitrages sur des marchés, des échéances de taux, des instruments financiers, ou encore des risques de crédit.

Le profil du gestionnaire alternatif est forcément un senior de 35-40 ans, avec 10 ans d’expérience au minimum dans le métier. C’est une des règles établies par l’AMF, l’instrument de régulation des marchés financiers, pour tenter d’éviter les abus de cette jeune profession. Mais de tels profils sont rares en France.

Compte tenu de l’étroitesse du marché, la recherche de gestionnaires s’apparente donc pour le moment à un jeu de chaises musicales. Les profils que nous recherchons pour gérer les fonds sont très spécifiques, explique Edouard Petitdidier, co-responsable de la gestion des fonds systématiques chez Systéia et lui-même recruté à la Barep. Il y a peu de personnes susceptibles de monter une nouvelle stratégie et de gérer un fonds. C’est un processus très délicat, comme celui de recruter un dirigeant de PME. En général, nous chassons directement celui qui pratique déjà le métier chez un de nos concurrents en France ou à l’étranger. Ou bien nous passons par un chasseur de tête.

Marc Lamy, président du cabinet de chasseur de têtes Boyden, reçoit beaucoup de candidatures émanant de traders. Les salles de marché sont une très bonne source de gestionnaires de hedge funds. Ils sont habitués à prendre des paris sur l’évolution des courbes de taux, sur les cours etc. Pour eux, la gestion alternative pour compte de tiers est une évolution de carrière intéressante. C’est en outre un métier beaucoup moins stressant que celui de trader pour compte propre, où l’on est évalué tous les jours.

Mais, si lors de leur création, les hedge funds français ont d’abord recruté des gestionnaires expérimentés, ils se renforcent actuellement avec des équipes de juniors très pointus.

Parmi les profils très demandés, celui d’ investment sales . Il s’agit de l’un des métiers les plus atypiques de notre profession, qui représente environ 50% de nos effectifs , souligne Edouard Petitdidier chez Systéia. Vendre le fonds à des banques ou institutionnels demande en effet de pouvoir expliquer au client les qualités d’un fonds, sa stratégie d’arbitrage et ses performances , précise Marc Lamy. Des études financières poussées doublées d’une formation commerciale sont donc recommandées.

Le cabinet Euro London Appointments a été contacté récemment par un hedge fund américain s’installant à Paris pour le recrutement de plusieurs profils multilingues, donc un investment sales. Il devait être, trilingue français-anglais-allemand, de façon à travailler avec des clients existants et prospecter de nouveaux clients , explique Zoé Ashton, consultant senior d’Euro London.

D’autres profils très spécifiques sont recherchés pour les hedge funds : l’analyste des produits structurés doit savoir traiter des modèles mathématiques très pointus, il est si possible issu de Polythechnique ou de l’Ensae ; ou encore le responsable des risques, chargé de l’analyse des stratégies, de la validation des modèles, du contrôle et du suivi des performances. Il peut venir directement du département risques de marché d’une banque , estime Marc Lamy.

Pour ces postes, les profils juniors sont les bienvenus, mais avec bac+4 ou 5 minimum et une solide expérience de 2-3 ans dans la profession , selon Zoé Ashton. Quant aux salaires, ils restent très en deçà de ceux pratiqués en Grande-Bretagne mais restent plus élevés que dans les autres métiers de la gestion pratiqués en France. Ils ont tendance à augmenter, ne serait-ce que pour éviter la fuite des gestionnaires à Londres.

Compter un salaire de 100 à 200 K€ pour un gestionnaire senior expérimenté plus une partie variable pouvant aller jusqu’à 200% du fixe. Ce qui porte le total à 600 K€ au maximum, contre un million d’euros outre-Manche , selon Marc Lamy. Pour un poste de débutant bac+5, le salaire sera d’environ 40 K€ plus bonus. Un poste de sales junior sera rémunéré de 40 à 50 K€ avec un bonus pouvant aller jusqu’à 100% du fixe. Pour un profil senior, le fixe sera d’environ 80 K€ plus bonus.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici