☰ Menu eFinancialCareers

Sous les projecteurs : Alexander Leigh, graduate* en M&A chez Rothschild

Diplômé en biologie de l’Imperial College à Londres, Alex a décidé de s’orienter vers la banque d’affaires, chez Rothschild. Après six semaines de formation et de rencontres avec les autres graduates de la banque, puis trois mois de rotation dans diverses équipes M&A (fusions-acquisitions), Alex a finalement rejoint l’équipe média en décembre 2007. Il a bien voulu répondre à quelques questions sur son quotidien en tant que professionnel M&A.


Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Une opération quelque peu inhabituelle, puisque nous examinons la possibilité de lancer un nouveau business plutôt que d’en évaluer un qui existe déjà. Pour cela, je construis un modèle qui me permet de mesurer le marché et le prix que le client sera prêt à payer. Une fois ce modèle terminé, je l’utiliserai pour tester le business plan par rapport à différents scénarios catastrophes. Puis, j’irai présenter l’idée chez le client, accompagné d’un managing director de l’équipe que j’aiderai à vendre notre idée.

Et habituellement, quels types de tâches accomplissez-vous ?

Une première partie consiste à participer au lancement des opérations, notamment en aidant à la coordination des comptables et des juristes qui fournissent la documentation pour la due diligence en vue de finaliser l’opération.

Créer des pitchbooks est une autre grosse partie du métier, tout comme la mise en place de modèles de développement pour des concepts et des projets de toutes sortes. Il existe deux principaux types de modèles : le premier, à destination des sociétés cotées, où les états financiers sont facilement disponibles, et où il existe une anticipation des courtiers sur les chiffres futurs. Le second concerne les sociétés non cotées, pour lesquelles il faut examiner les principaux indicateurs du marché et les utiliser pour créer son propre modèle financier pour chacune d’entre elles.


À quoi ressemblent vos horaires ?

La plupart du temps, je termine vers 21 heures ou 22 heures. Lorsque nous sommes sur une opération urgente, les horaires peuvent être plus lourds pendant quelques semaines, et cela afin de respecter des délais incompressibles.

Quelle est l’heure la plus tardive à laquelle vous avez quitté le bureau ?

5 h 30 du matin.

Il doit y avoir des compensations cependant…

Des opportunités de voyages qui se multiplient car nous traitons avec de plus en plus de médias traditionnels, et nous regardons aussi vers les marchés émergents. Ainsi, certains graduates de l’équipe sont partis en Lettonie et dans d’autres pays d’Europe de l’Est ou d’Europe centrale.

Ce que vous préférez dans votre métier ?

C’est lorsque vous avez participé activement à un projet de longue haleine et que vous commencez à cueillir les fruits de votre travail.

Par exemple, récemment, une relativement grande opération a été rendue publique – il s’agissait de la fusion entre les sociétés d’études de marchés GfK (notre client) et TNS : le simple fait de voir paraître cette annonce et tous les articles couvrant cette actu m’a procuré beaucoup de satisfaction.

* Jeune diplômé qui suit un graduate programme dispensé par la banque.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici